lundi, 02 mars 2020 21:58

Climat des affaires : le ministre de l'Économie expose les réformes aux acteurs du privé

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

L’amélioration du climat des affaires au Bénin préoccupe le gouvernement du président Patrice Talon. Plusieurs réformes ont été menées dans ce sens ces derniers mois. Elles ont été exposées aux acteurs du secteur privé à la faveur d’une rencontre avec le ministre de l’économie et des finances le vendredi 28 février 2020.

Au cours de la rencontre qui a connu la participation d’une centaine de chef d’entreprises, Romuald Wadagni a exposé les différentes mesures prises par le gouvernement et qui vont dans le sens de la facilitation de l’entrepreneuriat au Bénin. Les grandes réformes opérées sont relatives au renforcement de la transparence et de la concurrence, l’allègement des procédures et des formalités, le renforcement des moyens et voies de recours, la promotion des initiatives privées, la réduction des délais, baisse de la fiscalité, etc.

“Aujourd’hui nous avons plus de transparence dans les procédures, nous avons plus de latitude donnée aux entreprises privées pour accéder aux marchés publics. Au delà de ces aspects il faut dire aussi qu’à travers les réformes, il y a eu un allègement des procédures, il y a une bonne réduction des délais en termes de passation des marchés et aussi une bonne application du code des marchés publics en ce qui concerne l’exécution des différents contrats qui sont issus des différentes procédures de passation des marchés publics”, a déclaré Aminou Adjélé Maman, directeur national du contrôle des marchés publics.

Quid du traitement des factures

Pour les chefs d’entreprises présents à la rencontre, la question du traitement des factures était d’une grande importance. En effet, ils sont nombreux dont les entreprises sont des prestataires pour l’Etat et doivent patienter longtemps pour être payés. Mais en cette matière là aussi, il y a eu des améliorations à en croire le directeur national du contrôle des marchés publics. “Avec la célérité que nous avons aujourd’hui dans le système, au niveau du trésor , toutes les dispositions sont prises pour qu'en un laps de temps les factures des entreprises soient traitées avec la plus grande célérité, un délai maximum de 72H au plus 96H pour que, effectivement, les entreprises se voient payer”, a martelé Aminou Adjélé Maman.

 

 

 

Lu 265 fois
0
0
0
s2smodern