vendredi, 07 février 2020 19:14

Disparition : Fernand Azokpota, l'homme qui a tant donné à l'ORTB et au journalisme

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Fernand Azokpota, ancien journaliste de Radio Bénin, décédé le 10 janvier 2020 à presque 70 ans est inhumé dans son village d’Avogbana, commune de Bohicon ce 8 février. Le discret homme aura marqué l’histoire de l’ORTB et celle du journalisme au Bénin.

Le 7 mars 2017, à l’occasion de l’anniversaire de la radio nationale du Bénin, Fernand Azokpota, à la retraite depuis 12 ans, était spécialement aux commandes du journal de 13h :

“7 mars 1953. Il y a aujourd’hui 64 ans, des voix humaines, en français et en fon, s’échappaient d’une caisse métallique à boutons. Les populations cotonoises étaient médusées par l’évènement. Radio Cotonou était née !”

Le vétéran sexagénaire à l’époque n’avait rien perdu de son timbre de voix, sa diction précise et ses réflexes de journaliste radio. C’était sans doute l’une des dernières interventions de l’homme sur les antennes d’une chaîne qui l’a employé entre 1975 et 2007.

Homme des rendez-vous historiques

Fernand Azokpota est plus présenté comme ancien rédacteur en chef de la radio nationale. Mais il assumé davantages de responsabilités. Il a surtout souvent été des rendez-vous historiques. Le 1er avril 1983, à 5h, c’est lui qui eut l’honneur d’être “la voix humaine qui s’échappe” pour la première fois de la toute nouvelle Radio Parakou créée pour être l’antenne septentrionale de la radio nationale, “La voix de la Révolution” à l’époque :

“Ici La Voix de la Révolution, station régionale de Parakou ! Denis Dansou et Fernand Azokpota. Heureux d’être en votre compagnie pour ce premier rendez-vous. Un rendez-vous qui, du reste, est historique...”

Fernand Azokpota, voix inaugurale de Radio Parakou, en homme très discret, n’avait pourtant ressenti la fierté personnelle que procure un tel rôle que bien plus tard : “J’ai agi par devoir d'obéissance. Mais c’est bien après que je ressens que c’est une fierté”, confiait-il en 2017 à l’occasion du 34ème anniversaire de la station dont il a été le premier chef des programmes et plus tard le premier directeur.

2020 02 07 fernand azokpota

A la “station-mère” de Cotonou, Fernand Azokpota a aussi marqué l’Histoire en lançant l’émission politique qui vaut d’être l’ancêtre de l’actuelle “90 minutes pour convaincre”.

Vers la fin de sa carrière, Fernand Azokpota a siégé en tant que conseiller à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (2ème mandature, 1999-2004) avant de prendre sa retraite en 2007. Il se lance alors dans la formation de la relève.

"Historien de l'ORTB"

Dès cette première année de sa retraite Fernand Azokpota publie un ouvrage didactique, Sources d’information des médias (Star Editions). Avec ce document référence très en avance sur son temps pour avoir traité du fléau de la fausse information, le journaliste émérite enseigne à ses étudiants des écoles de journalisme toutes les facettes de la rigueur du traitement de l’information. "Débutant en journalisme-radio à [l'université], je n'ai pu étancher ma soif de m'abreuver aux 'Sources d'information des médias'", admet Mikaïlla Issa, un de ses anciens étudiants "infiniment reconnaissant d'avoir été son adepte au couvent de la droiture, de l'humilité, de la curiosité journalistique, du respect des autres et du goût de la culture de l'excellence".

En 2015, il publie L’interview et son application à deux genres journalistiques : la table ronde et le débat. 

Mais on n’oubliera, surtout pas à l’ORTB, qu’en 2013, pour marquer le triple anniversaire au sein de l’Office (60 ans de la radio nationale, 25 ans de la télévision et 35 ans de Radio Parakou), Fernand Azokpota avait sorti un ouvrage pour l’Histoire : L’audiovisuel public au Bénin, de Radio-Cotonou à l’ORTB (ORTB éditions). 

 

 

 

Lu 2486 fois
0
0
0
s2smodern