02 Juin
Ce 1er juin 2020, c’est la 36è édition de la journée nationale de l’arbre. Elle a été instaurée pour signifier l’importance du couvert végétal. C’est l’occasion pour les uns et les autres de planter un arbre. Même si des milliers d’hectares ont retrouvé vie, le bout du tunnel semble loin.

Il ne suffit pas de mettre en terre un plant pour qu’il soit viable. Tout comme les êtres humains, un processus est amorcé jusqu’à ce que le jeune plant devienne une plante ou un arbre.

Le constat fait dans la ville de Cotonou montre un environnement clairsemé malgré que des millions de plants sont mis en terre chaque année. Aussi, très peu de propriétaires construisent leur maison en prévoyant un espace vert. Il en ressort que l’entretien des arbres et des espaces verts pose problème.

Cependant les arbres se nourrissent d’eau et de compost. Mieux quand ils sont jeunes, les insectes et autres rongeurs peuvent les attaquer, ils ont alors besoin d’un traitement spécifique pour favoriser leur développement.

 

 

Quand aux espaces verts, leurs bienfaits pour la santé est indéniable. Affections respiratoires, cutanées et autres cancers, le couvert végétal protège la santé humaine. Ce n’est pas non plus, pour rien que l’enseigne lumineuse des pharmacies est en vert. La plupart des produits pharmaceutiques sont partis du règne végétal.

Dans les années 80, pour faire face aux graves conséquences de la destruction de la végétation, les autorités ont entrepris de repeupler le couvert végétal. A partir de 1985, les gouvernements, les uns après les autres ont mis en terre différents plants à l’occasion de cette journée.

Selon un proverbe indien : “ qui plante un arbre avant de mourir, n’a pas vécu inutilement.” Et les variations climatiques d’aujourd’hui, nous en disent long sur l’héritage environnemental que laisserons aux générations futures, si rien n’est fait.

l

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE