02 Juil
Selon les déclarations du ministre de la Santé, les décès dus au Covid-19 au Bénin sont pour la plupart liés à des comorbidités parmi lesquelles figure la drépanocytose. Cette maladie héréditaire répandue en Afrique qui, a priori, n’a rien en commun avec le covid-19 devient donc un facteur à risque dans le contexte de la pandémie de coronavirus. Voilà pourquoi les deux pathologies ne font donc pas bon ménage surtout en saison des pluies. Explications.

La drépanocytose est une maladie du sang qui résulte d’une anomalie sur le gène qui code pour la formation de l’hémoglobine. L’hémoglobine est une protéine qui donne aux cellules du sang la couleur rouge et qui transporte l’oxygène du sang vers les autres organes du corps humain. Cette anomalie génétique du globule prédisposent les drépanocytaires à des crises vaso-occlusives conséquence de l’obstruction des vaisseaux sanguins par des caillots de sang.  

 

Quels liens entre la drépanocytose et le covid-19  

Dans la maladie du Covid-19, le coronavirus pénètre dans l’organisme à travers les voies respiratoires, donc les poumons, avant d’attaquer les autres organes vitaux que sont le cœur, les reins, le foie. Et dans la réponse à l’agression occasionnée par le coronavirus, l’organisme fabrique exagérément une substance capable d’activer le système de coagulation du sang, on parle d’emballement cytokinique.  

Le drépanocytaire qui est tout naturellement déjà disposé à des manifestations thrombotiques trouve son état s’aggraver du fait de la présence du coronavirus dans son corps. L’infection au covid-19 augmente la quantité de caillots dans les vaisseaux sanguins du drépanocytaire. Une situation responsable à son tour de la défaillance des organes nobles comme le cerveau. Le patient présentant un tel tableau est rapidement admis  en réanimation. 

De plus, le Covid-19 vient également en rajouter à la fragilité du système immunitaire des personnes qui souffrent de la drépanocytose et naturellement exposées aux infections bactériennes répétitives.  

 

La pluie et ses conséquences sur la santé des malades de la drépanocytose

Les changements climatiques sont d’une façon générale responsables de la recrudescence des crises vaso-occlusives chez le drépanocytaire et le froid encore plus. D’autre part, la période des pluies est une occasion pour la multiplication des moustiques qui transmettent le plasmodium aux humains. Ce parasite s’attaque en premier aux globules rouges déjà malades du drépanocytaire et provoque rapidement des anémies graves mettant à mal le pronostic vital du sujet.

Comment le drépanocytaire doit -il se protéger par ces temps de pluie et de Covid-19 ?

Se protéger par ces temps de pluie marquée par l’infection au coronavirus pour un drépanocytaire passe par différents gestes :

  • le malade drépanocytaire doit absolument boire  (1) litre d’eau en moyenne par jour. Ceci a l’avantage de faciliter la circulation sanguine et de le préserver des phénomènes vaso occlusifs très douloureux le port de vêtements chauds pour se protéger du froid.
  • l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée 
  • la salubrité de l’environnement par la destruction des flaques d’eau, des déchets ménagers 
  • le respect des mesures barrières contre le coronavirus (lavage des mains, port de masque, distanciation physique)
  • le recours à son médecin traitant en cas de la moindre manifestation (fièvre ou toux)
  • éviter l’automédication sur la consommation de la chloroquine
  • bien dormir 

A lire également

LAISSEZ UN COMMENTAIRE