Le président de la République a rencontré les cheminots de l'ancienne Ocbn devenu Bénirail ce dimanche 29 novembre 2015 dans le nouveau bâtiment de la gare centrale de Cotonou. Le déplacement du chef de l'Etat était motivé par la récente décision de la cour d'appel de Cotonou au sujet de l'affaire dite de l'épine dorsale.. Dans cette affaire qui oppose l'homme d'affaires Samuel Dossou Aworet à l'Etat et au groupe Bolloré dans la réalisation de la boucle ferroviaire, la justice a rendu une décision favorable au premier. La cour a notamment ordonné au groupe Bolloré d'arrêter les travaux de reconstruction de la ligne Cotonou-Parakou déjà entamés.

Mais la décision n'est visiblement pas de nature à faire reculer le Chef de l'Etat. Dans son message aux cheminots, délivré en présence des responsables de Bolloré, Boni Yayi a indiqué en substance que les travaux vont continuer contrairement à l'arrêt de la cour d'appel. Le chef de l'Etat qui assure qu'il respecte et demeure le garant des institutions de la République, a avancé plusieurs raisons pour expliquer le choix d'encourager le groupe Bolloré à aller contre la décision de justice.

Boni Yayi estime que les travaux doivent continuer avec le groupe Bolloré parce qu'il s'agit du partenaire technique désigné à "l'unanimité" par tous ses paires de la sous-région pour mener le projet de la boucle ferroviaire. Il n'est donc pas question pour le Bénin de se soustraire à ces engagements internationaux, a ajouté le Chef de l'Etat. Au delà, pour lui, arrêter les travaux de modernisation des rails, correspondrait à envoyer le peuple béninois dans le "chaos". Il évoque des conséquences graves qui pourraient aller même à la fermeture du port de Cotonou.

Rappelant les différentes lignes à construire ou à moderniser, Boni Yayi a martelé devant les cheminots que "ces projets futuristes seront bel et bien exécutés". Il a également précisé qu'ils se feront avec l'appui technique du partenaire que le Bénin et le Niger ont choisi dans la constitution de la société Bénirail, c'est à dire le groupe Bolloré.

Le président de la République exhorte les agents de Bénirail à rester sereins et à garder leur moral fort. Il leur donne l'assurance qu'ils ne devraient rien craindre, eux qui ont récemment retrouvé le sourire à la faveur du paiement de leurs arriérés de salaires par leur nouvel employeur.

 

Maurice Thantan

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Statistiques sur le site

Visiteurs
19
Articles
6298
Compteur d'affichages des articles
32953738