Depuis ce mardi 9 mai 2017, le président de la République séjourne en terre kenyane. Patrice Talon y est invité en tant que parrain de la 17ème assemblée générale annuelle de l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (ACA). Mais le chef de l’Etat béninois profite de son séjour pour explorer des opportunités de coopération économique avec le géant est-africain pour le développement du Bénin.

Arrivé à Nairobi un jour avant l’ouverture officielle de la réunion annuelle de l’ACA, Patrice Talon a consacré sa journée aux échanges avec les officiels kenyans. Reçu à sa descente par le ministre kényan du Plan, avec les honneurs militaires, le chef de l’Etat s’est ensuite entretenu avec son homologue Uhuru Kenyatta au State House (palais présidentiel).

Les deux hommes se sont félicité, chacun pour l’effort qu’il fait dans son pays en faveur du développement. Patrice Patrice Talon a félicité son homologue kenyan pour les prouesses réalisées au niveau des indicateurs macro-économiques qui font du Kenya, la première économie de l’Afrique de l’Est. Uhuru Kenyatta, quant à lui, a congratulé Patrice Talon pour la politique de suppression de visa d’entrée aux Africains qu’il a adoptée. Mais les deux hommes se sont attardés sur les questions économiques et de partenariat. La création d’une grande commission mixte bénino-kényane a été au menu des échanges.

Le reste de la journée, le chef de l’Etat l’a passé dans l’une des plus grandes fermes de production de roses au monde, le “Karen Roses”. Impressionné par la dynamique de cette ferme, le chef de l’Etat a émis le voeu de voir une délégation kenyane se rendre au Bénin et évaluer la possibilité d’implanter une telle centre dans le nord. Patrice Talon a également souhaité la création d’un cadre de partage d’expériences entre les acteurs agricoles des deux pays.

Plaidoyer pour le financement des projets structurants en Afrique

Mercredi, Patrice Talon a prononcé le discours d’ouverture de l’assemblée générale de l’ACA. Court et précis, le propos du Chef de l’Etat est un vrai plaidoyer pour le financement des projets structurants en Afrique. Le discours traduit la vision d’un homme qui doit mobiliser plus de 9.000 milliards de francs cfa sur un quinquennat pour financer l’ambitieux programme d’action de son gouvernement, le “Bénin révélé”.

Face au tableau d’un continent africain où la perception du risque est “surestimée” et où “l’investissement privé ne s’intéresse qu’aux secteurs ayant une rentabilité à court et moyen terme laissant aux gouvernements les investissements structurants à rentabilité plus longue”, Patrice Talon suggère plusieurs alternatives aux membres de l’ACA. Pour lui, le partenariat public-privé est une réponse absolue aux besoins d’investissements structurants du continent.

Il propose, entre autres, que l’ACA offre des assurances de durées plus longues, mais aussi des produits d’assurance alignés sur des critères internationaux en terme de qualité. “L’ACA pourrait concentrer davantage ses efforts de couverture sur des investissements structurants par rapport au commerce de l’import-export”, a plaidé le chef de l’Etat dans son propos.

Il faut dire que le président de la République n’a pas caché l’espérance qu’il place en l’ACA pour accélérer l’investissement privé en Afrique, au profit des Etats et, on l’imagine, prioritairement au profit du Bénin. “Je nourris l’espoir que la présente table ronde aboutira à la formulation de recommandations pertinentes pour l’accélération des investissements notamment privés en Afrique”, a-t-il conclu.

 

Maurice Thantan

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

INFOS

  • Société
  • Politique
  • Economie
  • Sport
  • Culture
  • Santé
  • Environnement
  • Tech