vendredi, 13 septembre 2019 11:46

Mines : le Bénin arrache la construction et l'exploitation du pipeline export Niger-Bénin

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Pour transporter son pétrole brut vers les côtes de l’Atlantique, le Niger a choisi le Bénin pour la construction et l’exploitation d’un pipeline de 2000 km dénommé “Pipeline export Niger-Bénin”. Le Bénin a été retenu au terme d’un challenge face à d’autres pays de la sous-région eux aussi candidats à l’obtention de ce marché à forte valeur ajoutée socio-économique.

Le pipeline le plus long d’Afrique

Au cours d’une conférence de presse ce jeudi 5 septembre 2019 le ministre des mines a annoncé que le Bénin a obtenu la construction et de l’exploitation d'un système de transport des hydrocarbures par oléoduc du Niger aux côtes béninoises. Alors que le Niger est devenu producteur de pétrole brut, le pays a envisagé la construction d'un oléoduc reliant la zone des champs pétrolifères d'Agadem dans l'extrême nord-est vers les côtes de l’Atlantique pour l’exportation. C’est de là qu’est née l’idée de la construction du pipeline export Niger-Bénin.

Plusieurs pays dont le Tchad, le Nigeria ou encore le Cameroun étaient en course pour obtenir la construction du pipeline. Le choix du Bénin pour abriter cette importante infrastructure est le fruit de l’implication personnelle du président de la République. “Le premier choix était le Tchad. Mais, le Chef de l’Etat Patrice Talon a pris le devant et nous sommes allés à la recherche de ce projet de 600 milliards d’investissement direct”, a expliqué Seidou Samou Adambi.

Le pipeline export Niger-Bénin a une longueur totale de 2085 km dont 687 au Bénin. Ce sera le pipeline le plus d’Afrique et sa construction coûtera 600 milliards de francs CFA. Pour mener à bien ce projet, le Bénin a scellé un partenariat avec la société chinoise China National Oil and Gas Exploration and Development Company LTD, qui financera intégralement la construction.

Un projet aux nombreuses retombées socio-économiques

L’exploitation de ce pipeline va générer de nombreuses ressources pour les caisses de l’Etat. “Le Bénin aura à collecter plus de 300 milliards de FCFA comme droit de transit et des recettes fiscales pour les 20 premières années de la période d'exploitation de ce pipeline”, précise-t-on au gouvernement.

Selon le ministres des mines, les travaux de construction vont générer 3000 emplois, 500 emplois permanents seront créés après les travaux dont 200 directement au Bénin.

Par ailleurs, au Bénin, le pipeline export Niger-Bénin va traverser près d’une vingtaine de communes entre Malanville et Sèmè Podji. Chacune des communes traversées bénéficiera de la réalisation d'œuvres sociocommunautaires.

Pour Seidou Samou Adambi, la réalisation de ce projet est également un motif de rayonnement de l’image du Bénin à l’international. Elle peut également constituer un élément stimulant pour d’autres investisseurs privés. “En dehors des aspects économiques, notre pays sera connu par le monde entier, notamment les pays pétroliers. C’est un élément qui mettra notre pays sur le toit du monde. Lorsque dans un pays vous bénéficiez d’un projet de 600 milliards d’investissement privé direct, cela attire la curiosité des autres investisseurs qui vont s’intéresser au Bénin. D’autres services vont naître, plusieurs entreprises vont s’installer et commencer par s’intéresser au Bénin”, a déclaré le Ministre des mines.

La construction du pipeline doit commencer à la fin de l’année en cours. Les travaux sont prévus pour durer deux ans. L’infrastructure devrait donc être opérationnelle à partir de janvier 2022.

Lu 1360 fois
0
0
0
s2smodern