NOS RADIOS EN DIRECT  

direct radio bénin   direct atl fm   direct radio parakou


La 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (COP22) prend fin à Marrakech ce 18 novembre 2016. Les décisions de cette COP dite de l’action sont attendues pour cette journée. Mais déjà, une première déclaration a été adoptée hier : la “Proclamation de Marrakech pour l’Action en faveur de notre climat et le Développement Durable”.

Cette proclamation intervient après le sommet des chefs d’Etat, tenu mercredi. C’est au cours de celle-ci que le président de la République a prononcé un discours dans lequel il a appelé la communauté internationale à soutenir l’adaptation de l’agriculture dans les pays africains. Patrice Talon a confirmé le projet du Bénin d’abriter un centre international de recherches sur le changement climatique pour transformer l’agriculture en Afrique. L’idée lui avait été soumise par l’Institut international pour l'agriculture tropicale le 11 octobre.

La COP22 est censée faire amorcer l’application de l’Accord de Paris issu de la COP21 qui fixe à 2°C le niveau maximum du réchauffement de la planète à ne plus dépasser. Les pays africains, les plus vulnérables aux effets du changement climatique en attendent beaucoup notamment en ce qui concerne l’agriculture menacée par les sécheresses et la désertification.

Les préoccupations liées à l’agriculture ont-elles été prises en compte ? Selon Rfi, les discussions à ce propos ont été renvoyées à 2017.

Confirmation de promesses

Toutefois, des engagements ont été pris pour accélérer la mise en oeuvre réelle des dispositions de l’Accord de Paris avec deux ans d’avance, comme on le les lire en substances dans la Proclamation :

“Nous appelons toutes les Parties à renforcer et à soutenir les efforts pour éradiquer la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire et prendre des mesures rigoureuses pour faire face aux défis des changements climatiques dans le domaine de l’agriculture (... ) Nous, à l’unanimité, appelons à davantage d’action climatique et d’appui, bien avant 2020, en prenant en compte les besoins spécifiques et les circonstances particulières des pays en développement, des pays les moins avancés ainsi que ceux particulièrement vulnérables aux effets néfastes des changements climatiques.”

La Proclamation de Marrakech réaffirme aussi l’engagement des pays développés à alimenter le Fonds vert par une enveloppe de 100 milliards de dollars américains. Selon Jeune Afrique, le principal bailleur du Fonds, la France, s’engage à être “exemplaire à ce niveau” d’après les propos de François Hollande.

 

Vincent Agué (@afoukin)

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir