mercredi, 16 mars 2016 12:25

Les présidents béninois et togolais solidaires de la Côte d'Ivoire après l'attaque de Grand-Bassam

Écrit par

Les drapeaux étaient en berne au Bénin ce mardi 15 mars 2016 en signe de deuil national pour compatir à la douleur de la Côte d'Ivoire frappée dimanche par une attaque terroriste. 18 personnes y ont perdu la vie d'après un dernier bilan officiel selon Rfi.

De g. à d. les présidents Faure Gnassingbé, Alassane Ouattara et Boni Yayi le 15 mars à Abidjan. / Source : Page Facebook Présidence Côte d'Ivoire.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les drapeaux étaient en berne au Bénin ce mardi 15 mars 2016 en signe de deuil national pour compatir à la douleur de la Côte d'Ivoire frappée dimanche par une attaque terroriste. 18 personnes y ont perdu la vie d'après un dernier bilan officiel selon Rfi. Ce même mardi le Président de la République a fait le déplacement d'Abidjan pour aller exprimer de vive voix la solidarité du Bénin avec la Côte d'Ivoire dans cette épreuve.

Boni Yayi a été reçu ensemble avec son homologue togolais qui avait fait le déplacement aussi, par le président ivoirien. Les présidents béninois et togolais ont exprimé à Alassane Ouattara la solidarité de leurs pays respectifs avec la Côte d'Ivoire.

Boni Yayi et Faure Gnassingbé ont félicité les forces ivoiriennes dont la promptitude a permis de neutraliser les assaillants. Mais les actions nationales contre le terrorisme ne suffisent pas à contrer les djihadistes, vont souligner les deux chefs d'Etat. "Le terrorisme ne se combat pas seul. Il y a des réponses nationales qui ont leur importance, mais qui doivent être complétées, amplifiées par une réponse régionale et même internationale. Nous croyons qu'autour du Président Ouattara et dans un cadre approprié, nous allons pouvoir réfléchir à ces questions", a déclaré le président du Togo selon des propos rapportés par le site internet de la présidence togolaise.

L'attaque de Grand-Bassam intervient après celles perpétrées à Ouagadougou et Bamako, ce qui rallonge la liste des pays ouest-africains cibles des groupes terroristes en plus du Niger et du Nigeria visés par Boko Haram. Pour le chef de l'Etat béninois, il est grand temps de mettre en place un mécanisme régional de riposte au terrorisme. Boni Yayi a répété qu'une mutualisation des efforts s'impose à travers des échanges de renseignements et d'informations entre les pays de l'Afrique de l'Ouest.

Les deux hôtes du président ivoirien se sont ensuite rendus à Grand-Bassam pour déposer des gerbes de fleurs sur la plage où l'attaque a eu lieu.

 

Vincent Agué

Lu 14900 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.