mercredi, 24 août 2016 07:50

L’Union africaine organise une consultation sous-régionale sur les droits des jeunes à Accra

Écrit par

Le Centre international de formation au maintien de la paix Koffi Anan (Koffi Anan International Peacekeaping Training Centre -Kaiptc) d'Accra au Ghana abrite depuis le mardi 23 août 2016 une consultation régionale des jeunes d'Afrique de l'ouest sur le thème de "La promotion des droits des jeunes vers la réalisation de l'Agenda 2063".

Le Centre international de formation au maintien de la paix Koffi Anan (Koffi Anan International Peacekeaping Training Centre -Kaiptc) d'Accra au Ghana abrite depuis le mardi 23 août 2016 une consultation régionale des jeunes d'Afrique de l'ouest sur le thème de "la promotion des droits des jeunes vers la réalisation de l'Agenda 2063". L'Agenda 2063 (Pdf) étant la feuille de route de l'Union africaine (Ua) pour le développement de l'Afrique. L'initiative est organisée par la commission de l'Ua avec le soutien financier de l'Institut national de démocratie, une organisation internationale américaine.

La rencontre se déroule dans un contexte où l'Union africaine a placé l'année 2016 sous le signe des "droits de l'homme avec un accent particulier sur les droits des femmes". C'est donc dans le but de permettre aux jeunes Africains d'être engagés pleinement dans la promotion des droits de l'homme sur le continent que la commission de l'Ua organise quatre consultations sous-régionales des jeunes sur la question. Ainsi, outre la réunion d'Accra, d'autres consultations vont se dérouler dans les prochains mois à Tunis en Tunisie pour la région l'Afrique du Nord, à Kampala en Ouganda pour la zone l'Afrique de l'Est et à Windhoek en Namibie. Au cours de ces différentes rencontres, les participants échanger autour de quatre thématiques :            

  • les droits des jeunes femmes
  • la gouvernance, la Paix, la sécurité et la migration ;
  • l'inclusion, la getsion de la diversité, et la participation populaire, l'emploi ,et la mobilité ;
  • l'emploi et la mobilité.

Les résolutions issues de ces consultations vont être les contributions de jeunes à l'élaboration de la stratégie décennale des droits de l'homme de l'Union africaine qui est une sorte de feuille de route de l'organisation régionale pour la promotion des droits de l'homme sur le continent.

A Accra, c'est une cinquantaine de jeunes issus de la quasi-totalité des pays de la sous-région qui sont présents. La plupart sont des acteurs de la société civile sélectionnés pour des initiatives remarquées qu'ils ont menées dans leur pays sur les questions de droits de l'homme, de bonne gouvernance, d'emploi des jeunes, etc. Des représentants du pouvoir exécutif sont également présents à l'instar de Kula Fofana, ministre adjoint au ministère du développement des jeunes du Libéria.

Lors de la première journée de travail, les participants ont eu l'occasion de partager leurs expériences et d'échanger des réflexions sur la thématique de la rencontre à travers deux panels. Le premier, modéré par le Docteur Khabele Matlosa, directeur des affaires politiques de la commission de l'Ua, a été consacré aux systèmes africains des droits de l'homme. Il a permis aux participants d'examiner les progrès, de relever et d'analyser les défis qui demeurent en matière de protection et de promotion des droits de l'homme notamment celle des jeunes dans la sous-région. Le second a été consacré, sous le contrôle du docteur Emmanuel Akwetey, directeur exécutif de l'Institut de gouvernance démocratique du Ghana, à l'analyse des sous thèmes qui vont être débattus.

Les participants ont également bénéficié d'une session de renforcement de capacités sur la promotion et la lutte pour les droits de l'homme avec Keith Jennings, directeur régional de l'Institut national de démocratie et Ejim Dike, directrice exécutive du Réseau américain des droits de l'homme (US Human Rights Network).

Ce mercredi, deuxième et dernière journée de travail, va être consacré à des questions plus pointues. Les participants vont travailler en groupes de travail et réfléchir de manière pragmatique sur comment apporter des solutions à différents problèmes relatifs aux droits des jeunes. Au terme des deux jours, une déclaration comportant des recommandations sera va être rendu publique.

 

Maurice Thantan

Lu 1260 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.