lundi, 23 décembre 2019 12:44

Médias : l’Upmb réagit à l’arrestation du journaliste Ignace Sossou

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

La situation du journaliste Ignace Sossou, arrêté vendredi 20 décembre 2019, préoccupe l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb). Au cours d’une déclaration à la presse ce lundi 23 décembre 2019, la présidente de l’Union a exprimé ses inquiétudes tout en appelant à la conscience professionnels des acteurs des médias.

Interpellé à son domicile le vendredi 20 décembre, Ignace Sossou, journaliste d’investigation à Bénin Web TV, est gardé à vue à l’Office centrale de répression de la cybercriminalité (Ocrc). Son arrestation fait suite à des publications effectuées sur Facebook à l’occasion du forum Vérifox organisé à Cotonou par l’agence CFI Médias. D’après les propos de Zakiath Latoundji, la présidente de l’Upmb, il est reproché à Ignace Sossou “d’avoir relayé et travesti sur sa page Facebook les propos du procureur de la République”. Ce dernier avait été invité au forum pour animer une communication.

Dans sa démarche, une délégation de l’Upmb a rendu visite au journaliste dans son lieu de détention. La faîtière des acteurs des médias a pu s’entretenir avec le mis en cause ainsi qu’avec le procureur de la République qui est à l’origine de la procédure contre le journaliste. Zakiath Latoundji a laissé entendre que l’Upmb a reçu l’assurance que les diligences nécessaires seront faites dans les prochaines heures pour tourner cette page. Sans plus de précisions.

Inquiétudes

Au cours de ce point de presse, qui est la première sortie publique du bureau de l’actuelle mandature de l’Upmb élue le 3 août 2019 à Cotonou, Zakiath Latoundji a saisi l’occasion pour exprimer ses inquiétudes sur les menaces qui pèsent sur les professionnels des médias. Elle s’est notamment prononcée sur les cas du journaliste Casimir Kpédjo et de la station radio Soleil FM.

A propos de Casimir Kpédjo, journaliste ayant connu des déboires judiciaires plus tôt cette année pour des publications sur Facebook, elle déclare :

“L’Upmb exprime ses vives inquiétudes au sujet des menaces constantes que fait planer le Code du numérique sur le journaliste dans sa mission d’informer le public. En exposant le professionnel des médias à la Criet [Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, ndlr] pour des délits de presse, le Bénin amorce un recul historique qu’il convient dès à présent de corriger).

Au sujet de la station de radio Soleil, dont les programmes ont été suspendus faute de renouvellement de son agrément par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), la présidente de l’Upmb plaide :

“La fermeture de la station Soleil FM est une parfaite illustration des difficultés pour les médias du Bénin de s’épanouir dans un environnement sécurisé pour les médias et leurs acteurs. A cet égard, l’Upmb réitère son appel à l’endroit de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication et du gouvernement de notre pays pour sauver Soleil FM et ses employés exposés à la précarité de l’emploi mais aussi et surtout pour prévenir de telles situations peu honorables pour l’image de notre pays.”

Conscience professionnelle

Dans sa déclaration, la présidente a toutefois appelé les journalistes à faire preuve de plus de conscience professionnelle dans l’exercice de leur métier. “L’exercice de sa profession est un sens aigu de responsabilité et est un gage de sécurité pour le professionnel des médias", a rappelé Zakiath Latoundji.

La présidente de l’Upmb a expliqué qu’aucun élément ne saurait justifier la légèreté dans l’exercice du métier de journaliste. “Malgré les conditions difficiles d’exercice du métier de journaliste dans notre pays, l’Union des professionnels des médias du Bénin invite tous les professionnels des médias faire de l’éthique et de la déontologie des boussoles dans la collecte, le traitement, la publication et la diffusion de l’information”, a-t-elle conclu.

Lu 1763 fois
0
0
0
s2smodern