mercredi, 18 janvier 2017 17:51

Suspension de médias : nouvelle manifestation des journalistes pour faire fléchir la Haac

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Comme annoncé vendredi 13 janvier 2017 à la Bourse du travail, l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) a encore mobilisé les journalistes pour un nouveau sit-in ce mercredi. Mais comme la dernière fois, le sit-in à la Haute autorité de l’Audiovisuel et de la communication (Haac) a été interdit.

Comme annoncé vendredi 13 janvier 2017 à la Bourse du travail, l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) a encore mobilisé les journalistes pour un nouveau sit-in ce mercredi. Mais comme la dernière fois, le sit-in à la Haute autorité de l’Audiovisuel et de la communication (Haac) a été interdit.  C’est encore à la Bourse du travail que les professionnels des médias se sont regroupés pour dénoncer la suspension qui frappe des médias audiovisuels depuis près de deux mois.

Le président de l’Upmb n’a pas été tendre avec le président de la Haac qui a signé les actes portant les mesures conservatoires contre les chaînes de télévision E-Télé, Eden TV, Sikka TV et la la radio Soleil FM :

“Si nous avons connu diverses fortunes avec les précédentes mandatures, celle présidée par Adam Boni Tessi, à mi-mandat, se met en place comme la plus calamiteuse. C’est difficile, dans un Etat de droit comme le nôtre, pour l’Upmb, de tolérer le président d’une institution de régulation tirer à boulets rouges sur tous ceux qui animent des débats, qui critiquent ses vélléités liberticides”.

Pour justifier l’interdiction du sit-in du mercredi dernier, le président de la Haac avait évoqué son information tardive. Vendredi dernier, Adam Boni Tessi confiait que le problème était en train d’être réglé. Et “ça n’a pas besoin de la rue”.

Pour l’Upmb, ça prend trop de temps tout de même. Voilà près de deux mois que des employés des chaînes fermées sont contraints au chômage technique. Comme la semaine dernière, les journalistes manifestants avaient dans leurs rangs des syndicalistes et même un chef de parti politique, le président du Parti des Valeurs républicaines, Loth Houénou.

 

Vincent Agué

Lu 1207 fois
0
0
0
s2smodern