lundi, 06 mars 2017 10:10

Fespaco 2017 : l’Etalon d’argent pour “L’orage africain” de Sylvestre Amoussou

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le réalisateur béninois Sylvestre Amoussou a décroché le 2ème prix au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), édition 2017. Son film “L’orage africain, un continent sous influence”, a obtenu l’Etalon d’argent de Yennenga. C’est la première fois qu’un Béninois atteint un tel niveau dans le palmarès d’une compétition de cinéma.

Le réalisateur béninois Sylvestre Amoussou a décroché le 2ème prix au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), édition 2017. Son film “L’orage africain, un continent sous influence”, a obtenu l’Etalon d’argent de Yennenga. C’est la première fois qu’un Béninois atteint un tel niveau dans le palmarès d’une compétition de cinéma.

Dans, “L’orage africain, un continent sous influence”, Sylvestre Amoussou incarne lui-même un chef d’Etat africain qui décide de nationaliser les industries installées dans son pays, le Tangara, par des entreprises occidentales. S’engage alors une bataille entre ce dirigeant nationaliste et les lobbies occidentaux déterminés à le renverser du pouvoir…

“Je me bats pour l’Afrique et je sais que c’est pas toujours facile de lutter pour ce continent que j’aime tant”, a-t-il confié à la télévision nationale. Dans plusieurs interviews, Sylvestre Amoussou a toujours expliqué comment le financement du film n’a pas été facile tant plusieurs organismes occidentaux n’ont pas soutenu l’idée véhiculée : la dénonciation du néocolonialisme économique.

“Ce film a été en grande partie financé par des Africains et par des amis européens qui croient dans le travail cinématographique que je fais. Quand je dépose mon dossier dans les institutions classiques, ils trouvent que ce n’est pas le genre de films qu’ils ont envie de voir”, explique Sylvestre Amoussou à RFI.

Le film engagé de Sylvestre Amoussou a aussi reçu le prix spécial de l’Assemblée nationale du Burkina Faso qui récompense les oeuvres qui promeuvent la démocratie et la liberté.

Le film a conquis le public lors de sa projection mercredi 1er mars à Ouagadougou. L’Agence France Presse avait alors écrit : “accueil triomphal d'un film anti-colonialiste au Fespaco”.

En dénonçant l’exploitation économique de l’Afrique, Sylvestre Amoussou est-il contre l’Occident ? "Ce n'est pas un film anti-européen mais un film anti-gouvernements des États qui nous exploitent", réagit-il.

 

Vincent Agué 

Lu 1868 fois
0
0
0
s2smodern