mercredi, 19 novembre 2014 14:14

Convention internationale des droits de l'enfant : 25 ans après

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

En 1989, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) dans le but de reconnaître et de protéger les droits spécifiques relatifs aux enfants. Le Bénin a ratifié cette convention et tente tant bien que mal de la mettre en application...

En 1989, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) dans le but de reconnaître et de protéger les droits spécifiques relatifs aux enfants. Le Bénin a ratifié cette convention et tente tant bien que mal de la mettre en application à travers diverses actions. A la veille du 25ème anniversaire de la CIDE célébré ce jeudi 20 novembre 2014 (Journée internationale des droits des enfants) l'Unicef en collaboration avec le ministère en charge de la famille a organisé une conférence de presse pour faire le bilan de la convention et entrevoir les perspectives d'avenir.

Des avancées dans la protection des enfants

Globalement de 1989 à 2014, d'énormes progrès ont été réalisés dans la protection des droits des enfants à travers le monde. L'Unicef note une baisse de la mortalité infantile, une hausse du nombre d'élèves scolarisés ou encore une meilleure prise en charge des filles.

Au Bénin, la tendance est également la même. Latifatou Boukary Yorou, directrice de la famille, de l'enfance et de l'adolescence souligne ainsi que le Bénin "dispose d'une politique qui permet de prendre en charge de façon holistique l'enfant". A cela, elle ajoute l'enrôlement du Code de l'enfant par les députés. Le vote de ce code est attendu depuis 10 ans. Cette étape devrait accélérer son adoption.

Dans la même optique, une charte contre l'exploitation économique des enfants a été signée entre les autorités, l'Unicef et les commerçantes de trois grands marchés du pays en octobre dernier. Une enquête réalisée par l'Institut national de la statistique et de l'analyse économique avait montré l'an dernier que près de 8000 enfants étaient exploités dans ces marchés. La charte vise donc à réduire de moitié le travail des enfants d'ici trois ans dans les marchés de Dantokpa (Cotonou), Ouando (Porto-novo) et Azèkè (Parakou).

Anne Vincent : "on a une obligation de relever ce défi"

Anne Vincent, la représentante de l'Unicef au Bénin est particulièrement préoccupée par le problème du travail des enfants. Consciente des progrès réalisés, elle estime toutefois que du chemin reste à être parcouru. "Ce n'est pas une affaire de trois ans, c'est peut être une affaire de trois décennies", a-t-elle reconnu. Mais pour Anne Vincent, les difficultés liées à cette tâche ne devraient pas empêcher la mobilisation autour de la promotion des droits des enfants. "On a une obligation de relever ce défi (...) on n'a pas le choix" selon elle. Pour l'Unicef, le vote d'une loi ou l'adoption d'une charte ne suffit pas. Il faut suivre leur application sur le terrain.

En marge de la célébration du 25ème anniversaire de la CIDE ce jeudi à Cotonou, l'Unicef dévoilera son rapport annuel de la situation des enfants dans le monde.

 

Maurice Thantan

Lu 3060 fois
0
0
0
s2smodern