mercredi, 29 novembre 2017 11:45

Les Africains réagissent sur les réseaux sociaux après le discours d'Emmanuel Macron

Écrit par

Comme on pouvait s’y attendre, le discours d’Emmanuel Macron a été largement commenté sur les réseaux sociaux sur le continent.
Entre les réactions sur le franc CFA et celles sur la démographie, les réactions sont globalement mitigées.

« Comme d’habitude, il y a beaucoup de poncifs dans ce discours » a assené Julie Owono sur Facebook. Cette avocate et web activiste camerounaise se demande ensuite s’il y a "une légitimité pour un président français de parler de contraceptions de femmes africaines » alors que Macron est revenu largement sur la maîtrise de la démographie en Afrique.

Sur la question du franc CFA, les avis sont aussi partagés :

Pour un internaute burkinabé, dont les propos sont rapportés par RFI,  « s'il y a un défi qu'Emmanuel Macron doit relever, c'est de nous faire sortir du franc CFA ».
Un avis que ne partage par forcément Gbadé, un internaute guinéen. « Les Africains pensent que leur malheur se trouve dans le franc CFA. Or, plusieurs pays africains n'ont pas le CFA et sont plus pauvres », précise le guinéen.

Autre sujet très commenté, ce moment où Emmanuel Macron explique que ce n'est pas à lui de s'occuper de l'électricité dans les universités burkinabè.

En effet, la séquence où le président français répond à une étudiante burkinabé en expliquant que c’est au président Kaboré de mettre l’électricité dans les universités au moment où le président du Burkina essaie de sortir de la salle a particulièrement marqué les esprits. « Il est parti réparer la climatisation », a notamment lancé Emmanuel Macron.

Pour Bassidou Kinda, journaliste burkinabé, Emmanuel Macron s’est moqué de son homologue. Ces propos ont été jugés familiers et arrogants par beaucoup d'internautes, comme Philo Makiésé du Congo qui parle même d'une humiliation.

Une humiliation méritée pour certains internautes à l’image du camerounais Didier Kolle qui écrit : « Il est certes condescendant mais ô combien véridique ».


D’autres préfèrent s’en prendre aux étudiants burkinabé qui ont posé la question. C’est le cas par exemple d’Alain Bob Séhi qui écrit sur Facebook : « C'est immature de la part des étudiants Burkinabé de demander à Macron de réparer la climatisation de leur amphi. »

 

Lu 215 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.