vendredi, 23 février 2018 09:20

Les défalcations sur salaires plombent les négociations gouvernement syndicats

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le gouvernement et les responsables syndicaux étaient en concertation ce 22 février 2018, pour la première session ordinaire de négociation permanente et de dialogue au titre de l’année 2018. Il était question d’étudier et de valider les six projets d’arrêtés retenus par le gouvernement et les syndicats à la base en ce qui concerne la question du statut particuliers des enseignants. Mais la rencontre s’est terminée en queue de poisson car les syndicalistes exigent la restitution des frais défalqués sur les salaires pour fait de grève.

C’est par une correspondance en date du 14 Février 2018, que le ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni a instruit les directeurs de l’administration et des finances de lui faire parvenir la liste des agents de l’Etat absents au travail pour fait de grève afin d’opérer des défalcations sur leurs salaires. L’interprétation de l’article 25 de la loi du droit de grève divise les deux parties

‘’En situation de négociation pour une paix, une année apaisée, une situation sociale apaisée, le gouvernement qui était en train de négocier avec nous est allé procéder à une défalcation sur les salaires pour fait de grève. En violation de l’article 25 de la loi portant exercice du droit de grève et pour exprimer notre mécontentement nous avons dans la courtoisie élevé une vive protestation par rapport à cet acte. Les négociations se poursuivront dès que nous sommes informés dans les heures qui suivront que les défalcations sont remises".

De son côté, le gouvernement lui a une autre interprétation de l’article 25 de cette même loi. Pour le ministre Abdoulaye Bio Tchané, porte-parole de la délégation gouvernementale, ces défalcations sont conformes à la loi sur les grèves.

"La grève est libre pour un certain nombres de fonctionnaires mais en contrepartie, les heures qui ne sont pas travaillées ne sont pas payées’’, a déclaré le ministre Abdoulaye Bio Tchané. Selon lui, les travailleurs ont la possibilité de recourir à la médiation du Chef de l’Etat qui a promis être ‘’leur principal avocat au sein du gouvernement’’.

 

Helvice Anato

Lu 1454 fois
0
0
0
s2smodern

Media