lundi, 09 avril 2018 12:40

Crise sociale dans le secteur éducatif : trois confédérations de syndicats suspendent la grève

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

La Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA), la Confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB) et la Centrale des syndicats unis du Bénin (CSUB) ont annoncé ce lundi 9 avril 2018 la suspension de leur motion de grève à l’origine de la crise sociale qui secoue le secteur éducatif depuis le 16 janvier.

C’est à travers un communiqué conjoint que les trois organisations syndicales ont fait savoir leur volonté de mettre fin au mouvement de débrayage. Elles appellent les travailleurs à reprendre le chemin de l’école dès ce mardi 10 avril.

Éviter l’année blanche “programmée par le gouvernement”

Pour les centrales et confédérations syndicales signataires de la déclaration de suspension de grève, il s’agit d’une démonstration de la bonne foi des organisations syndicales afin d’éviter une année académique blanche “voulue et programmée par le gouvernement”. En effet, dans leur communiqué les trois organisations le gouvernement responsable de l’échec des négociations. “Le Gouvernement de la rupture, au lieu de mettre sa foi dans un dialogue franc et sincère s’est illustré dans un déni de droit et une expérimentation diabolique de tortures et d’actes attentatoires aux libertés individuelles et collectives”, accusent-elles.

Tout en dénonçant le mépris, l’humiliation, les lynchages médiatiques, les tentatives de récupération dont elles ont été victime depuis le début de la grève, les trois centrales et confédérations se réjouissent des fruits positifs issus de la mobilisation. Elles évoquent entre autres la “réaffirmation de l’Etat de droit”, la “restauration définitive du droit de grève pour tous les travailleurs”, le “début de l’effectivité de la rétrocession des défalcations pour fait de grève par le paiement intégral du salaire du mois de mars malgré la poursuite du mouvement qui a généré les défalcations sur salaire du mois de février” et la “résurrection du dialogue social et la reconnaissance de ses vertus par tous”.

Ce sont ces éléments qui amènent la Csa, la Cgtb et la Csub à décider de suspendre leur motion de grève. “Dans les circonstances actuelles où le chaos semble être voulu, recherché et entretenu par le Gouvernement lui-même, notre position de responsables et de leaders exige de nous, l’audace de risquer la lucidité malgré l’ambiance de grave crise de confiance et de suspicion généralisée. C’est cela aussi le prix à payer quand l’histoire vous impose la charge qui est la nôtre en ce moment. Et nous ne comptons pas nous y dérober”, justifient-elles.

Repli tactique

Mais pour les trois centrales et confédérations syndicales, la suspension de la grèce n’est pas une fin en soi. “Il ne s’agit que d’un repli tactique”, préviennent-elles. Avant de conclure : “Ainsi, nous laisserons le Gouvernement face à ses responsabilités pour expérimenter ses «solutions messianiques unilatérales» en vue de permettre au peuple, seul détenteur de la souveraineté nationale de lui appliquer la sanction appropriée.”

Il faut cependant signaler que d’autres organisations syndicales notamment la Cosi Bénin et la Cstb maintiennent encore leur motion de grève. Il en est de même pour le Front d’action des syndicats de l’éducation qui regroupe plusieurs autres organisations syndicales.

Lu 2065 fois
0
0
0
s2smodern