jeudi, 05 juillet 2018 14:39

Réformes aux postes de péage routiers : Alassane Séidou clarifie

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Quelques jours après l'entrée en vigueur de la hausse des tarifs appliqués aux postes de péage et pesage routiers (décision appliquée depuis le 1er juillet 2018), le ministre des Infrastructures et des Transports a effectué une descente au poste de péage d'Ekpè dans la commune de Sèmè-Podji. Alassane Séïdou est allé s'assurer que les nouveaux tarifs entrés en vigueur sont effectivement appliqués.

Il a profité de l'occasion pour rappeler le double intérêt de la décision. Selon le ministre, il s'agit de permettre à l'Etat d'entretenir et de moderniser le réseau routier et de construire de nouvelles routes.

Alassane Séidou a d'ailleurs appelé à la participation des populations tout en rappelant que l'augmentation appliquée est en dessous des recommandations faitrs par des études.

Le ministre a insisté sur le fait que la nouvelle réforme n'exclut pas les agents publics en mission. "Vous ne pouvez plus présenter la photocopie de votre ordre de mission et passer. Vous devez payer comme tout le monde", a-t-il martelé aux agents du Fonds routier qu'il a rencontrés après sa visite au poste de péage d'Ekpè.

Toutefois, le ministre a dressé une liste de véhicules qui sont exemptés de cette obligation. Dans cette liste on retrouve le cortège du président de la République et celui du président de l'Assemblée nationale. A ces deux-là, il a ajouté les ambulances (sous réserve d'avoir la sirène activée), les véhicules militaires et de la Police et ceux des sapeurs pompiers. En dehors de ceux-là, tout le monde paie, y compris le ministre des Infrastructure, sans exception, a-t-il conclu.

Lu 552 fois
0
0
0
s2smodern