NOS RADIOS EN DIRECT  

direct radio bénin   direct atl fm   direct radio parakou


Huit mois après son investiture dans la capitale, le président de la République est retourné à Porto-Novo, ce jeudi 22 décembre 2016 pour son premier discours sur l’état de la nation. Devant les députés, à l’Assemblée nationale, Patrice Talon a dressé en 26 minutes, l’état du pays dont il a pris les rênes le 6 avril mais aussi clarifié ses engagements et fixé les conditions pour les réaliser.

Contre la politique du passé, des réformes

Patrice Talon a expliqué comment la situation politique, économique et sociale du Bénin “n’était guère reluisante” :

“La suprématie écrasante du pouvoir et le clientélisme érigé en mode de gouvernance étaient devenus une menace constante pour la démocratie et la liberté par suite de la rupture de l’équilibre constitutionnel des pouvoirs.”

Le successeur de Boni Yayi évoquera aussi les performances peu glorieuses du Bénin en matière d’indice de développement humain (0,48 % en 2015), de taux de pauvreté (40,1 %) et d’intégrité (“niveau globalement très faible"), etc.

D’où l’urgence des réformes proposées et engagées dès lors pour inverser la tendance dans la mesure où “aujourd’hui encore notre pays va mal” comme le reconnaît Patrice Talon : “Je le concède volontiers”.

A ce jour, le chef de l’Etat a indiqué avoir œuvré à “arrêter la saignée de la dépense publique” à travers une panoplie de mesures : la réduction du train de vie de l’Etat traduite dans le nombre de ministères, la suppression de plusieurs directions pour passer de 430 à 280, l’annulation des “concours frauduleux”, la lutte contre les faux diplômes, la réduction du nombre d’universités publiques, etc.

Patrice Talon a également mis en avant ses actions dans le secteur agricole, notamment la création des pôles de développement qui seront administrés par des agences et la suppression des subventions publiques à la filière coton. Le secteur de l’énergie aussi a connu une amélioration selon le président de la République qui n’ignore pas le “retour partiel des coupures” dues à “certains travaux de rénovation en cours”. Pour rappel, Patrice Talon avait promis pour décembre 2016, la fin des coupures de courant.

Le secteur de l’éducation qui “tient particulièrement à coeur” à Patrice Talon n’a pas été occulté. Le chef de l’Etat annonce la création d’une agence pour la qualité et l’évaluation dans l’enseignement supérieur. Il va aussi mettre en oeuvre la décentralisation et la déconcentration de la gestion de l’éducation par la “constitution d’un pôle d’inspecteurs départementaux”.

De la patience, du temps, beaucoup de temps

Dans ce premier discours devant les députés, Patrice Talon a aussi répondu de plusieurs manières aux critiques contre la situation du pays, et les réformes :

“Je lis l’inquiétude dans les regards de mes compatriotes. J’entends les critiques, souvent acerbes, qui sont faites. C’est dire que j’ai pleinement conscience de la légitimité de l’impatience de nos concitoyens et j’appréhende dans sa juste mesure l’immensité de la tâche qui attend mon gouvernement et moi-même.”

Pour que les réformes produisent les résultats espérés, “il faudra du temps, beaucoup de temps, de la méthode, mais aussi de la rigueur”.

Patrice Talon insiste sur le prix à payer avec des mots dignes d’un sermon de père de famille :

  • “Je voudrais faire appel au bon sens et au patriotisme de tout un chacun afin d’éloigner de nous l’esprit mesquin et immature de la diabolisation qui trompe dangereusement la réalité, pervertit les objectifs et compromet inutilement l’unité nationale.”
  • “Le diagnostic est fait. Les remèdes sont identifiés et la machine est en voie d’être relancée. Si ma démarche est comprise, il nous faudra un peu plus de patience. Mais nos rêves ne deviendront réalité que si nous portons tous les mêmes espoirs. Changeons de mentalité, faisons nôtres les valeurs cardinales telles que le respect de l’autorité, de la loi et de la chose publique.”

Dans tous les cas, Patrice Talon s’est engagé à faire son de son mandat, “celui de la responsabilité et de la reconnaissance du devoir envers” le Bénin.

 

Vincent Agué (@afoukin)

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir