NOS RADIOS EN DIRECT  

direct radio bénin   direct atl fm   direct radio parakou


Partis sensibiliser les populations pour l'enregistrement complémentaire de la LEPI (Liste Electorale Permanente Informatisée), les ministres Barthélémy Kassa et Eric N'da ont plutôt dû se rendre à l'évidence que les opérations dans certaines communes de l'Atacora sont au ralenti. Les dysfonctionnements notés à Cotonou, sont légion à Toucoutouna à un degré criard. En plus du démarrage tardif, les kits d'enregistrement insuffisants ne permettent pas d'observer la durée nécessaire pour les opérations dans les villages. Il n'y a que sept kits pour 47 centres de vote. Compte tenu de l'éparpillement des villages dans cette région, les équipes d'enregistrement sont ambulantes et doivent passer trois ou quatre jours dans chaque agglomération. Mais selon leurs propres propos, elles ne restent dans un village qu'une demi-journée pour ensuite mettre le cap sur d'autres localités.

A Tanguiéta, la situation n'est guère reluisante. Le centre d'enregistrement de Tchoutchoubou, un des plus grands de la commune, n'a satisfait en trois jours d'opération que 15 personnes sur 1.671 avant que l'équipement d'enregistrement ne tombe en panne. L'un des chargés de l'opération se plaint alors d'avoir été "oubliés". Les communes de Boukoumbé et Cobly vivent aussi des situations similaires.

La mauvaise impression des listes des électeurs et l'insuffisance des kits par ailleurs défectueux provoquent la colère des deux membres du gouvernement. Ils accusent le COS-LEPI de mauvaise organisation. Barthlélémy Kassa interprète le cafouillage comme un "sabotage". Son collègue Eric N'da rend d'ores et déjà le COS-LEPI responsable de la non disponibilité du fichier électoral pour les élections.

Les dysfonctionnements notés dans la conduite de l'enregistrement complémentaire ont poussé le COS-LEPI à repousser au 30 novembre la date de clôture des opérations.

 

Vincent Agué

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir