SUIVEZ EN DIRECT

atlantic fm

75 voix pour, 0 contre et une abstention, c'est le résultat qui a sanctionné le vote du budget général de l'Etat exercice 2015 à l'Assemblée nationale. Réunis en session plénière dans la soirée de ce mardi 16 décembre 2014, les députés ont donné quasiment à l'unanimité leur accord au projet de loi des finances présentée par le Ministre de l'économie et des finances.

Le budget 2015 de l'Etat 2015 est estimé à plus de 1 500 milliards de Francs CFA contre 1 127 milliards de Francs CFA en 2014, soit une augmentation de 379 136 milliards de F CFA correspondant à un taux d'accroissement de 33,63%. Cette hausse se justifie selon, le Ministre de l'économie et des finances par l'organisation des élections en 2015 et les ressources extérieures glanées lors de la Table ronde de Paris. Komi Koutché explique que ce budget tient compte des priorités nationales du gouvernement telles que l'énergie électrique, les transports, l'agriculture, l'éducation et la santé. La loi des finances tient également compte de l'application à partir du 1er janvier 2015 du tarif extérieur commun dans l'espace CEDEAO.

Le vote du budget cette année n'a pas causé trop de souci au gouvernement. A plusieurs reprises, les députés ont déjà rejeté le budget de l'Etat. En décembre 2013, par exemple, au terme de discussions mouvementées les députés avaient rejeté le budget de l'Etat 2014, présenté par Jonas Gbian alors Ministre de l'Economie et des Finances. Boni Yayi avait dû recourir comme en 2009 à la mesure exceptionnelle de l'ordonnance présidentielle pour mettre à exécution le budget.

On pourrait conclure qu'il s'agit là d'un pari gagné pour Komi Koutché. Ce n'était pas évident au jeune cadre ministre des finances depuis trois mois seulement de faire voter sans ambages son premier budget de l'Etat. Le défi est d'autant plus grand que l'actualité politique nationale n'est pas en faveur de la majorité présidentielle. Curieusement à l'analyse, ces mêmes circonstances défavorables auront été pour beaucoup dans la facile adoption de la loi des finances.

Les députés avaient leurs propres motivations

Si l'on peut louer la réussite du ministre de l'économie et des finances et par extension celle du gouvernement et de son chef, il ne faut pas non plus oublier de remarquer l'esprit des députés. Ces derniers, ceux qui se réclament de l'opposition notamment (les députés de la majorité étant d'office acquis à la cause), sont déjà engagés dans un bras de fer avec le gouvernement au sujet de l'organisation des élections prochaines. Sachant que des dispositions financières relatives à l'organisation des scrutins sont contenues dans le budget 2015, il aurait été incompréhensible s'ils se refusaient à voter le projet de loi. "Nous voulons que les élections soient organisées. Il est normal que la représentation nationale puisse donner les moyens financiers au gouvernement (...). Je n'aimerais pas qu'on dise que c'est la représentation nationale qui n'a pas voulu donner les moyens", a expliqué l'honorable Valentin Houdé au terme du vote. Le parlementaire ne manque pas de préciser que si ses collègues et lui ont adopté le budget c'est pour que "la balle soit désormais dans le camp du gouvernement".

 

Maurice Thantan

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir