jeudi, 01 septembre 2016 09:57

La Cstb refuse de signer la charte nationale sur le dialogue social

Écrit par

La Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) s'est distinguée ce mardi 30 août 2016 à Cotonou en refusant de signer la charte du dialogue social négociée entre gouvernement, centrales syndicales et patronat sous l'égide du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud).

 

La Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) s'est distinguée ce mardi 30 août 2016 à Cotonou en refusant de signer la charte du dialogue social négociée entre gouvernement, centrales syndicales et patronat sous l'égide du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud).

Alors que l'ensemble des parties prenantes s'étaient réunies pour signer le document final, Paul Issè Iko de la Cstb refuse d'apposer sa signature et s'explique :

"La confédération syndicale des travailleurs du Bénin, [est] toujours disposée à négocier avec le gouvernement mais réserve pour le moment sa signature de la charte nationale sur le dialogue social".

Renforcer le dialogue social

La charte du dialogue social devrait marquer une nouvelle ère dans la gouvernance administrative au Bénin. Elle va contribuer à la promotion et au renforcement du dialogue social basé sur certaines valeurs de la défense de l'intérêt supérieur de la nation, l'unité, la cohésion et l'intégrité sociales. "Je voudrais croire qu'à partir de la signature de cette charte, notre pays rentre dans une nouvelle dynamique de gouvernance administrative et de paix sociale en vue d'un développement harmonieux", a déclaré la ministre des Affaires sociales lors de la cérémonie de signature du document.

Sébastien Ajavon, président du patronat béninois met aussi autant d'espoir dans les retombées de cet accord. "Le cadre permanent de dialogue social avec les confédérations, les employeurs et le gouvernement qui sera mis en place à l'issue de la signature de la charte nous permettra, j'en suis sûr, d'amorcer la vraie croissance économique dans notre pays", a-t-il déclaré.

Si les différents parties qui ont apposé leur paraphe sur le document se sont réjouies de l'aboutissement des négociations, le porte-parole des centrales syndicales prévient toutefois le gouvernement qu'il ne devrait pas considérer leur "oui" comme une fin en soi.

"Faudrait pas que vous prenez ça comme un chèque en blanc et vous allez circuler de par le monde pour dire que 'nous avons signé une charte avec les organisations syndicales.' On voudrait vous mettre à l'épreuve pour voir si votre signature peut-être respectée, si votre engagement peut-être respecté", a prévenu Pascal Todjinou, secrétaire générale de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb).

Maurice Thantan

Lu 1145 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.