lundi, 17 novembre 2014 12:08

Parking gros porteurs d'Hillacondji : enfin une inauguration

Écrit par

Fait anodin mais trop singulier pour ne pas être souligné, l'inauguration du parking gros porteurs d'Hillacondji. Ce samedi 15 novembre 2014 en effet, Nadine Dako Tamadaho, Directrice générale du Conseil national des chargeurs du Bénin (CNCB), faisait inaugurer par Boni Yayi le dernier

Fait anodin mais trop singulier pour ne pas être souligné, l'inauguration du parking gros porteurs d'Hillacondji. Ce samedi 15 novembre 2014 en effet, Nadine Dako Tamadaho, Directrice générale du Conseil national des chargeurs du Bénin (CNCB), faisait inaugurer par Boni Yayi le dernier ouvrage que sa structure a fait réaliser : un enclos de 55 667 m2 pour le stationnement des camions en transit dans cette ville frontalière avec le Togo. Hilacondji abrite l'un des postes douaniers connaissant un trafic élevé de biens et de personnes en direction ou en provenance du Bénin.

Alors que d'innombrables poses de premières pierres marquent l'actualité des activités du Chef de l'Etat, la mise en service du parking pour camions d'Hilacondji vient donner le change dans une série qui se poursuivait invariablement. Les inaugurations sont en effet plus rares dans l'agenda du Président de la République. La dernière est celle du lycée technique de l'amitié sino-béninoise d'Akassato (commune d'Abomey-Calavi) le 1er octrobre 2014. Peu avant, le 22 septembre, Boni Yayi parcourait une dizaine de localités dans les communes de N'dali et Bembèrèkè pour mettre en œuvre un programme d'électrification rurale. Or dans la même période, près d'une dizaine d'ouvertures de chantiers ont eu lieu. En exemple, la pose de la première pierre de l'hôpital de référence d'Abomey-Calavi, celle de la construction de la route Savalou-Tchetti-frontière du Togo, le lancement de travaux d'assainissement des communes de Kétou, Sakété, Bohicon, Savalou... (11 communes au total), ..., et dernièrement, le lancement ce samedi 15 novembre du Projet d'appui aux infrastructures agricoles dans la vallée de l'Ouémé.

Ceux des Béninois qui ont toujours souhaité assister à plus de réception que de lancement d'infrastructures peuvent commencer à se réjouir, pourvu que cette tendance se maintienne. Il y a cependant de quoi tempérer leur joie si l'on veut prendre en compte le volet efficacité. La réalisation du projet a duré sept ans. Ensuite, les travaux ont été réalisés sur fonds propres du CNCB. L'institution a déboursé environ 1, 70 milliards de francs à cet effet. Le Chef de l'Etat a déploré le coût prohibitif de l'infrastructure aussi bien en temps qu'en argent, exagérations qu'il attribue aux manœuvres de la bureaucratie.

 

Agohoué Géraldo

Lu 3049 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.