mardi, 18 juillet 2017 20:08

Sécurité : vers la Police républicaine pour regrouper policiers et gendarmes

Écrit par

La réforme de la gestion de la sécurité intérieure se précise. Le président de la République a reçu, mardi 18 juillet 2017, le rapport de la commission mise en place pour se pencher sur la question. La commission du Général Félix Hessou recommande la création d’une Police républicaine pour rassembler policiers et gendarmes.

La Police républicaine sera la force unique de sécurité voulue par le gouvernement. Ses éléments seront des corps paramilitaires privés du droit syndical et de la grève. C’est en présence de plusieurs haut-gradés des forces de défense et de sécurité que le président Patrice Talon a reçu le rapport issu de six mois de travaux.

La commission créée en janvier 2017 estime que la Police et la Gendarmerie, dans leur fonctionnement actuel, se font de la concurrence. Un état de chose anormal selon son président, l’ancien ministre de l’Intérieur, le Général Félix Hessou :

“Cette concurrence aveugle mais bien féconde en préjudices a pour corollaires la perversion des comportements et attitudes des personnels pour finir par hypothéquer à jamais la moindre chance d’émergence d’une synergie de pensée et d’action indispensable à la fiabilité donc à l’efficacité de la posture sécuritaire dans notre pays.”

Développer les renseignements

Pour Patrice Talon, le développement du terrorisme et des crimes organisés nécessitent des réponses adéquates au niveau des forces de sécurité. Le chef de l’Etat insiste sur la place de choix à accorder aux renseignements. C’est le but visé à travers la création d’une force unique de sécurité intérieure :

“L’ère du policier ou du gendarme posté au bord de la voie ou dans nos contrées est révolue. L’efficacité des forces de sécurité publique repose, partout dans le monde, sur la capacité à anticiper sur les risques à travers la collecte d’informations précieuses et le pistage des porteurs de risques.”

Des raisons budgétaires expliquent aussi cette réforme qui passera par la dissolution de la Gendarmerie et de la Police ainsi que proposée par la Commission. Les “décisions appropriées seront prises par le conseil des ministres à temps”, promet Patrice Talon.

 

 

Lu 2128 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.