mercredi, 07 février 2018 16:17

Dialogue social : Patrice Talon renvoie les syndicats devant un comité interministériel

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le Président de la République, Patrice Talon, a rencontré ce mardi 6 février 2018, les représentants des centrales syndicales pour dénouer la crise qui secoue l’administration publique. Au terme des échanges, il a été décidé la mise en place d’un comité interministériel de dialogue pour évaluer les incidences financières des revendications des syndicats.

Les responsables des centrales syndicales sont revenus sur plusieurs de leurs exigences exposées lors de leurs deux rencontres avec les ministres du gouvernement la semaine dernière Ce sont notamment, les questions liées au respect des libertés individuelles et collectives, la mise en application du statut particulier des enseignants.

 

 

“Nous n’avons pas confiance en nos institutions”

Anselme Amoussou, secrétaire général de la Csa Bénin estime que la crise sociale est due à une rupture de confiance entre les dirigeants et leurs administrés. “Nous sommes tous victimes de notre passé qui fait qu'aujourd'hui nous n’avons pas confiance en nos institutions”, a-t-il expliqué. Il estime que la démarche de radiation du capitaine Trèkpo n’a pas respecté les normes ; “la hiérarchie a saccagé la procédure”.

Le but des actions des centrales syndicales est la satisfaction des revendications de leur mandant non le renversement de l'exécutif, Moudachirou Bassabi, secrétaire général de la Cstb, “Les syndicaliste ne visent pas un renversement de l'exécutif. “Nous en tant que syndicaliste ce n’est pas notre responsabilité de renverser le pouvoir, c’est de travailler à ce que la gouvernance s’exerce au profit de ce nous représentons”, a-t-il laissé entendre.

 

“Nous sommes dans la dynamique de régler les problèmes en fonction de nos moyens”

 

Pour sa part, Patrice Talon, estime qu’il ne déroge pas aux engagements qu’il a pris vis à vis de ces partenaires. “Nous sommes dans la dynamique de régler les problèmes en fonction de nos moyens, les engagements qu’on a pris, nous on va les respecter et on les respecte”, a-t-il déclaré.

Le chef de l’Etat a souhaité l’arrêt de la paralysie de l'administration publique en priorisant le dialogue. Les syndicats attendent consulter leurs bases avant de décider de la suite à donner aux différents mouvements de grève.

Lu 1565 fois
0
0
0
s2smodern

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire rodolphe mercredi, 07 février 2018 21:04 Posté par rodolphe

    je sommes contre le gouvernement de talon car il n'as pas pitiés à le peuples béninois,mais ce qu'il oubli est que sans ces professeur lui ne sera pas président de la république béninoise,alors qu'il ayent pitié de nous les jeunes étudiant de aujourd'hui

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.