vendredi, 06 avril 2018 14:05

An 2 de Patrice Talon : dans un message d’espoir le président invite au sacrifice

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s
Le président Patrice Talon lors d'une séance de travail avec les pharmaciens béninois le 30 mars au Palais de la Marina. Photo : Présidence du Bénin Le président Patrice Talon lors d'une séance de travail avec les pharmaciens béninois le 30 mars au Palais de la Marina. Photo : Présidence du Bénin

Pour le deuxième anniversaire de sa présidence, Patrice Talon a adressé un message d’espoir aux Béninois. Sur sa page Facebook, le président de la République a expliqué sa méthode de gouvernance et répondu aux plaintes des citoyens impatients.

Avant de citer certaines réalisations effectives ou en cours sous son mandat, le chef de l’Etat a pris soin de faire de la pédagogie : il faut des sacrifices pour réaliser des succès. Une réponse aux remous soulevés par nombre de ses actions.

“Rien de grand ni de beau, rien de durable ne s'obtient sans l’ef­fort requis, sans l’investissement obstiné, sans l’organisation rigoureuse. C’est le tra­vail et le sérieux qui génèrent la richesse (...). Notre mission d’aujourd’hui est de réparer le présent et semer pour demain, afin que notre quotidien proche s’améliore et que nos enfants vivent mieux”.

 Ce faisant Patrice Talon ne fait que réitérer aux Béninois, le discours de Parakou. Depuis la métropole septentrionale en novembre 2016, le président avait invité son peuple à la “patience” :

“Il est convenable d’avoir la patience d’attendre qu’il y ait les ingrédients. Que les ingrédients soient mélangés pour être portés au feu, que la sauce mijote et que le repas soit digeste”.

Patrice Talon avait aussi demandé au peuple d’accepter de faire des sacrifices. C’était le sens du fameux “serrer la ceinture” :

“J’ai besoin que mes compatriotes soient déterminés pour serrer encore la ceinture afin qu’on parvienne rapidement à résoudre les problèmes qui se posent à notre pays.”

Près de deux ans après, le président en action admet que le rythme “effréné” ou trop “pressé” des réformes selon ses propres termes puisse être décrié :


“Tout ceci ne manque pas de susciter des incompréhensions. Je comprends ces incompréhensions exprimées ici ou là. Je mesure les tensions qu’elles génèrent ainsi que les amalgames auxquels elles conduisent. Les frictions récentes sur le front social en sont l’illustration.”

“Nous méritons le meilleur. Ensemble continuons d’y travailler. Car nos efforts et sacrifices d’aujourd’hui construisent notre bonheur de demain”, conclut Patrice Talon.

Aura-t-il convaincu les Béninois ? La tendance des commentaires laissés au bas de la publication est sûrement un indicateur. Morceaux choisis :

 

Lu 953 fois
0
0
0
s2smodern

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.