jeudi, 13 septembre 2018 19:40

Bénin : le parlement autorise des poursuites judiciaires contre quatre anciens ministres de Yayi

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Fortunes diverses ce jeudi 13 septembre à l'Assemblée nationale pour cinq anciens ministres réclamés par la justice. La Haute cour de justice pourra écouter quatre anciens ministres selon les votes opérés par le parlement. Le dossier contre le cinquième a été rejeté. 

Les votes à bulletin secret sont internevenus après la présentation des rapports de la Commission des lois sur chacun des dossiers de demande de poursuite envoyés par le procureur général de Cotonou.

Les dossiers contre Simplice Dossou Codjo, Aboubakar Yaya, Fatouma Amadou Djibril et Valentin Djènontin ont obtenu les 2/3 de voix nécessaires selon la Constitution pour poursuivre un ancien ministre devant la Haute cour de justice. 

Pour le premier, c'est par 59 voix pour et 22 contre que les députés ont décidé de livrer à la Haute cour leur collègue FCBE dont l'immunité parlementaire n'est pas encore levée. Une procédure est engagée contre lui à cet effet. Il est reproché à l'ancien ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique, des malversations dans la gestion du budget de sécurité des élections législatives de 2015. 

Par un vote de 57 voix pour et 24 contre, les députés ont aussi autorisé la poursuite devant la Haute cour de justice des anciens ministres de la Justice Valentin Djènontin (actuellement député et déjà dépouillé de son immunité parlementaire) et de l'Agriculture, Fatouma Amadou Djibril. Leurs noms sont cités dans des malversations dans la filière coton

Peu avant, c'est un vote de 60 pour et 21 contre qui a accordé la poursuite devant la Haute Cour de Justice de Aboubacar Yaya, ancien ministre de la Fonction publique. Il lui est reproché l'organisation de concours d'entrée dans la fonction publique jugés frauduleux.

Sur trois dossiers dossiers, les députés de l'opposition ont souvent dénoncé un acharnement politique contre eux et l'ancienne majorité FCBE pour leurs prises de position contre le pouvoir. En face, les élus du Bloc de la majorité parlementaire disent donner l'occasion aux mis en cause d'aller se défendre devant la justice.

L'exception Komi Koutché

Plus tôt les députés ont rejeté la demande d'autorisation de poursuite de Komi Koutché dans un dossier de perte d'argent à son domicile à Bantè pendant la campagne présidentielle de 2016. Le vote s'est soldé par 78 voix contre et 3 pour.

Il faut dire que la plupart des députés, y compris ceux de la majorité parlementaire pro-Talon, ont estimé que le dossier de perte d'argent à son domicile reproché au dernier ministre des Finances de Boni Yayi n'est pas lié à ses fonctions ministérielles. Ils ont alors demandé le rejet pur et simple du dossier pour qu'il soit traité devant les juridictions ordinaires. 

 

Lu 2232 fois
0
0
0
s2smodern