vendredi, 28 septembre 2018 10:25

Gilbert Togbonon dresse le bilan d’un mois d’activité de la Criet

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a, dans une déclaration à la presse ce jeudi 27 septembre, fait le bilan d’un mois d’activité de cette nouvelle juridiction béninoise.

Créée par la loi sur l’organisation judiciaire du Bénin, la Criet a été installée le 27 août dernier avec la prise de fonction de ses magistrats. Depuis elle a connu des affaires de trafic de drogue et de cybercriminalité en deux audiences tenues à son siège à Porto-Novo. Une “vingtaine de dossiers ont été examinés” en tout les 6 et 20 septembre, a précisé le procureur Gilbert Togbonon.

Les “personnes poursuivies dans divers dossiers de trafic international de drogue” ont écopé de “20 ans d’emprisonnement ferme” et celles accusées de détention et d’usage de chanvre indien ont été condamnées à six ou deux mois de prison”.

Les compétences de la Criet

La sortie médiatique du procureur de la Criet est intervenue alors que plusieurs anciens ministres à qui il est reproché des fautes de gestion doivent être écoutés par la justice. Sera-ce à la Criet ? Non, semble subtilement clarifier le procureur de la juridiction spéciale :

“Je profite de cette occasion pour préciser que la Cour n’est pas juge des faits commis par les membres du gouvernement dans ou à l’occasion de l’exercice de leur fonction. En la matière, la haute Cour de justice demeure compétente.”

Sont plutôt du ressort de la Criet, “la répression du terrorisme, des délits et crimes à caractère économique, ainsi que le trafic de stupéfiants et des infractions connexes”. La nouvelle Cour est également compétente pour connaître des “dossiers à caractère économique et ceux relatifs à l’escroquerie en bande organisée via les nouvelles technologies”, a aussi fait savoir Gilbert Togbonon.

 

 

Lu 749 fois
0
0
0
s2smodern