mardi, 14 juin 2016 14:44

Santé : le coût de la gratuité de la césarienne évalué pour son amélioration

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Un atelier de restitution de l'analyse des coûts de la césarienne et d'autres urgences obstétricales s'est ouvert à Cotonou ce mardi 14 juin 2016. La rencontre qui réunit les acteurs de la mise en oeuvre de la gratuité de la césarienne décrétée en 2009 porte sur une étude d'évaluation réalisée entre septembre et décembre 2015.

Un atelier de restitution de l'analyse des coûts de la césarienne et d'autres urgences obstétricales s'est ouvert à Cotonou ce mardi 14 juin 2016. La rencontre qui réunit les acteurs de la mise en oeuvre de la gratuité de la césarienne décrétée en 2009 porte sur une étude d'évaluation réalisée entre septembre et décembre 2015. L'objectif est de relever les forces et les faiblesses de cette mesure afin d'améliorer sa mise en oeuvre pour les prochaines années.

Le ministre de la Santé, Dr. Alassane Séïdou, a, à l'ouverture de l'atelier, insisté sur l'importance de la gratuité de la césarienne dans politique sanitaire du gouvernement :

"La gratuité de la césarienne est non seulement une grande priorité pour le ministère de la Santé mais aussi un élément clé dans l'arsenal mis en place par le gouvernement (...) pour assurer une bonne santé à la population béninoise en réduisant la mortalité maternelle et néonatale".

162.745 césariennes remboursées par l'Etat

Avant lui, la directrice générale de l'Agence nationale de gestion de la gratuité de la césarienne (Angc) a rappelé les performances réalisées depuis le décret de la gratuité de la césarienne. Du 1er avril 2009 au 31 décembre 2015, 48 hôpitaux agréés ont effectué 162.745 opérations de césariennes remboursées par l'Etat à hauteur de 100.000 francs, a déclaré docteur Raïssatou Ami-Touré. A en croire cette dernière, la mesure a permis entre autres d'améliorer la fréquentation des centres de santé par les femmes enceintes, la réduction des retards dans la prise en charge des urgences, la situation comptable des hôpitaux agréés. Ainsi le taux de césariennes réalisées sur l'ensemble des accouchements est passé de 3,7 % en 2009 à 7,9 % en 2015.

Cependant la mesure fait également face à certains défis tels que la variabilité des frais de la césarienne en fonction des hôpitaux, la mauvaise gestion des kits et les prescriptions complémentaires et fantaisistes. La révision du forfait de 100.000 francs jugé insuffisant pour couvrir les opérations est également citée. Tous ces éléments sont contenus dans le rapport soumis à l'appréciation des participants.

Plaidoyer pour le secteur de la santé

De son côté, la directrice de l'Agence française de développement (Afd) a assuré que la France va continuer à appuyer le Bénin dans le domaine sanitaire au vu de ses engagements internationaux. Cependant Cathérine Bonnaud a regretté la diminution constante du taux du budget de la santé dans le budget général de l'Etat. Celui-ci serait passé de 16.2 % en 2008 à 7,77% en 2015. Elle a donc plaidé pour que l'Etat consacre davantage de moyens au secteur de la santé afin d'assurer l'accès aux soins de qualité aux populations les plus défavorisées. L'Afd est, aux côtés de l'Organisation mondiale de la Santé (Oms), l'un des principaux partenaires techniques et financiers de la mise en oeuvre de la césarienne gratuite au Bénin notamment à travers le Projet d'appui à la santé maternelle et infantile (Pasmif).

Lire aussi : La gratuité de la césarienne n'est pas suspendue

 

Maurice Thantan

Lu 4982 fois
0
0
0
s2smodern

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.