lundi, 24 octobre 2016 14:19

Les pharmaciens du Bénin marchent contre le commerce des faux médicaments

Écrit par

Les pharmaciens du Bénin étaient dans les rues de Cotonou ce samedi 22 octobre 2016. A l’occasion de la 12ème édition de la Journée africaine de lutte contre les faux médicaments, l’Ordre national des pharmaciens du Bénin (Onpb) a battu le macadam pour attirer l’attention sur le danger que représentent les faux 

Les pharmaciens du Bénin étaient dans les rues de Cotonou ce samedi 22 octobre 2016. A l’occasion de la 12ème édition de la Journée africaine de lutte contre les faux médicaments, l’Ordre national des pharmaciens du Bénin (Onpb) a battu le macadam pour attirer l’attention sur le danger que représentent les faux médicaments. L’autre objectif de cette sortie est d’insister sur la nécessité de réprimer ce commerce informel et mortel.

“C’est un combat, tant que ces médicaments ne vont pas disparaître du marché Adjégounlè et de nos rues, nous n’allons jamais cesser de parler, de vous sensibiliser et de marcher parce que c’est l'arme que nous possédons. Nous ne pouvons pas agir mais nous pouvons parler, nous pouvons sensibiliser, nous pouvons faire le lobbying. Il faut que les vendeurs de faux médicaments ne soient pas à l’aise... qu’ils soient inquiétés et punis parce que ce n’est pas un bon commerce” a plaidé Moutiatou T. Tidjani, présidente de l’Ordre national des pharmaciens du Bénin.

Pour le représentant du ministre de la Santé, cette marche n’est pas anodine. A en croire François Kossouho, “c’est un signal fort de sensibilisation sur les dangers que représente l’utilisation de ces faux médicaments des rues, des marchés et des places publiques”.

Soutien de la société civile

Aux côtés des pharmaciens étaient présents d’autres organisations notamment de la société civile comme pour signifier que la lutte contre les faux médicaments n’est pas seulement le rôle des pharmaciens. Pour Robert Accrombessi président de l’Association des consommateurs du Bénin, il ne faut pas nécessairement attendre le gouvernement pour lutter contre les faux médicaments. Ce combat doit être mené à titre individuel, pour sa propre survie a-t-il expliqué :

“Nous n’allons pas seulement indexer l’exécutif. Nous allons nous indexer nous-mêmes. Parce que nous sommes responsables de notre propre vie.” 

De son côté, Martin Assogba de l’Ong Alcrer appelle à étendre la sensibilisation et la lutte à tous les niveaux de la société : “C’est la marche de tout le peuple béninois et la marche ne doit pas s’arrêter ici. La sensibilisation doit pouvoir continuer dans nos maisons, dans nos quartiers, dans nos villages”

Mais pour l’Onpb, le rôle de l’Etat dans la lutte contre les faux médicaments restent prépondérant. Les pharmaciens demandent donc au gouvernement de muscler sa lutte contre les médicaments contrefaits en s’attaquant notamment aux importateurs.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), les faux médicaments tuent environ un million de personnes chaque année dans le monde et, en Afrique, 30% à 70 % des médicaments seraient faux. Au Bénin, c’est près de 6000 personnes qui seraient impliquées dans le commerce de faux médicaments et 85 % de la population qui consomme ces produits selon une étude du ministère de la Santé.

 

Lu 595 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.