vendredi, 21 novembre 2014 09:02

Menace de fièvre Lassa à Tanguiéta : prompte réaction des autorités sanitaires béninoises

Écrit par

L'émoi aurait pu se répandre, mais la sérénité a vite été rétablie. Alors que la psychose de l'Ebola est toujours latente, ce qui ressemblait à un début d'épidémie a failli causer la frayeur. Depuis le début du mois de novembre 2014, cinq agents de l'hôpital Saint-Jean de Tanguiéta à 600 kilomètres...

L'émoi aurait pu se répandre, mais la sérénité a vite été rétablie. Alors que la psychose de l'Ebola est toujours latente, ce qui ressemblait à un début d'épidémie a failli causer la frayeur. Depuis le début du mois de novembre 2014, cinq agents de l'hôpital Saint-Jean de Tanguiéta à 600 kilomètres au nord du Bénin sont décédés. La rumeur avait couru que les cinq membres du personnel étaient décédés du virus Ebola. Mais l'analyse des prélèvements post-moterm effectués sont formels. Les résultats ont plutôt permis de conclure à la fièvre hémorragique de Lassa. Sur les six prélèvements effectués, deux se sont révélés positifs au virus de Lassa.

Après une descente sur le terrain, le ministre de la santé se veut rassurante. Dorothée Akoko Kindé Gazard a donné une conférence de presse ce jeudi 20 novembre 2014 à son cabinet pour situer l'opinion sur la question.

La fièvre de Lassa a effectivement des symptômes très voisins de ceux de l'Ebola. C'est aussi une fièvre hémorragique. Mais elle est beaucoup moins virulente que l'Ebola et fait nettement moins de victime. En plus, il existe un traitement pour cette affection, la ribavirine, ce qui n'est pas le cas de l'Ebola.

Madame Gazard a tenu à donner des assurances. Le sérum ribavirine a déjà été commandé pour faire face d'éventuels cas de contamination. La livraison devrait se faire très rapidement. En plus, aucun malade actif n'est actuellement recensé.

Pour maintenir la vigilance, le ministre de la santé a demandé à quiconque soupçonnerait un symptôme quelconque de la maladie de vite s'en référer au centre de santé le plus proche.

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique causée par un Arénavirus, le virus Lassa. Il a été identifié pour la première fois en 1969 dans la ville de Lassa, dans l'État de Borno au Nigeria. Elle est endémique dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, où il infecte de 100 à 300 000 personnes par an dont 5 à 6 000 succombent. Il n'existe à ce jour aucun vaccin contre la fièvre de Lassa.

 

Maurice Thantan

Lu 47679 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.