mercredi, 21 juin 2017 15:56

Santé : les députés autorisent le gouvernement à ratifier la convention Médicrime

Écrit par

Les députés ont autorisé ce 19 juin 2017 le gouvernement à ratifier la convention Médicrime. C’est un arsenal juridique qui permettra à l'exécutif de lutter efficacement contre le trafic des médicaments illicites.

Les députés ont autorisé ce 19 juin 2017 le gouvernement à ratifier la convention Médicrime. C’est un arsenal juridique qui permettra à l'exécutif de lutter efficacement contre le trafic des médicaments illicites.

Les parlementaires ont estimé qu’en plus de la convention, le gouvernement doit ajouter certaines mesures. “Les entreprises pharmaceutiques officielles trempent dans ce trafic de faux médicaments. Que fait le gouvernement pour lutter contre ce phénomène”, s’est interrogé Aké Natondé.

Le député Corneille Padonou, a suggéré qu’“il faut autoriser aussi les jeunes qui ont fini leurs études de pharmacie à ouvrir leur pharmacie, parce que les anciens ne veulent plus que les jeunes s’installent”.


Convention Médicrime

La convention médicrime est “une convention de droit pénal contre le trafic des faux produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique,” avait déclaré Pascal Koupaki lors du conseil des ministres du 8 mars dernier. C’est un outil international qui criminalise la contrefaçon mais aussi la fabrication et la distribution de produits médicaux mis sur le marché sans autorisation ou en violation des normes de sécurité.Elle a été instituée en 2011 et ratifié par 26 Etats à ce jour.

Si la convention médicrime vient renforcer le cadre législatif dont dispose l’exécutif pour réprimer le commerce illicite des médicaments illicites , le gouvernement doit aussi s’attaquer aux facteurs favorisant ce commerce morbide. Ces causes sont multiples : la porosité des frontières, l'indélicatesse de certains patrons d’officine, l'analphabétisme des populations, la non disponibilité en générique de certains médicaments, la propension des pharmaciens à s’installer uniquement dans les centres urbains où le pouvoir d’achat est élevé.

Le gouvernement béninois a montré une forte volonté de lutter contre le commerce des faux médicaments. En février 2017, plus de 80 tonnes de faux médicaments ont été saisis dans tout le pays dans le cadre de l’opération Pangea 9 menée avec Interpol.

 

Adonis Bohoun

 

Lu 385 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.