NOS RADIOS EN DIRECT  

direct radio bénin   direct atl fm   direct radio parakou


L'année socolaire 2014-2015 s'annonce déjà mouvementée. A un mois de la rentrée les centrales syndicales font déjà planer de nouvelles menaces sur l'année à venir. Au cours d'une conférence de presse ce mardi 26 août 2014, quatre centrales syndicales ont ainsi remis sur la table les différents points des négociations avec le gouvernement restés en suspens. Elles appellent le gouvernement à vite reprendre le dialogue social pour ne pas hypothéquer la prochaine rentrée.

" La rentrée scolaire prochaine sera hypothéquée au cas où le gouvernement s'entêterait à faire l'option de l'inertie et du mépris. Aucune trêve sociale ne sera plus concédée et ce serait dommage " met en garde Noël Chadaré le Secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin). Pour son camarade de la Confédération générale des travailleurs du bénin (Cgtb), Pascal Todjinou, "L'essentiel (...), c'est que le dialogue s'instaure très tôt. Qu'on n'attende pas le jour de la rentrée des classes pour nous demander de venir pour qu'on puisse dialoguer".

Les mêmes revendications toujours non satisfaites

Evoquant les raisons de leur mécontentement, les syndicalistes sont revenus sur les mêmes revendications pour lesquelles ils avaient manifesté l'année dernière sans avoir été totalement satisfaits. L'annulation des concours frauduleux et le relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) à 40.000 Fcfa en constituent une partie. La sédentarisation des enseignants vacataires, la question de la revalorisation de l'indice de paiement à 25 %font également partie de la plate-forme revendicative. Le cas de Pierre Agossadou, ancien Commissaire central de la ville de Cotonou et de Placide Azandé, Préfet des départements de l'Atlantique et du Littoral dont les syndicalistes réclament la démission est aussi sur le tapis.

Si l'année dernière, les centrales syndicales ont suspendu les mouvement de grève au terme de quatre mois d'arrêt de cours, elles n'entendent pas céder d'un pouce cette année. "Cette fois-ci, nous ne reculerons devant rien. Les résultats risquent d'être encore médiocres si nous n'obtenons pas nos droits" menacent-elles.

 

Maurice Thantan

Commentaires  

0 #2 ZENAB 29-09-2014 14:00
THO! pas de lépi;pas élection,pas de rentré et pas quoi encore yayi et les syndicaliste attention
Citer
+1 #1 Lecanon 29-08-2014 18:45
Encore cette année? Hélounoumi
Citer

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir