NOS RADIOS EN DIRECT  

direct radio bénin   direct atl fm   direct radio parakou


Le Conseil national de l'éducation (CNE) est préoccupé par les échecs massifs aux derniers examens scolaires. Au cours d'une séance de travail ce mercredi 18 septembre 2014, les membres du Conseil ont entendu les explications des responsables des structures chargées de l'organisation des examens scolaires.

Si le CNE trouve acceptables les taux de succès au Certificat d'études primaires (89 %) et au Brevet d'Etudes du premier cycle ( 47,54 %), il juge en revanche préoccupants celui du baccalauréat (23,71 %). Appelé à s'expliquer, le Directeur de l'Office du baccalauréat a imputé ce faible taux à la série D. " C'est la série D qui a plombé le BAC 2014 avec un taux d'admission d'environ 15% alors qu'elle regroupe 60% des candidats " répond Alphonse da Sylva.

Pour sa part le CNE a expliqué les échecs massifs au bac par deux raisons. D'abord les grèves perlées ont perturbé l'année scolaire. Ensuite d'autres facteurs qui ne sont pas seulement propres à l'année scolaire précédente ont pu être à la base de ces contre-performances. Le Président du Conseil déplore l'ouverture du baccalauréat à tous les élèves qui ont franchi la classe de première. Paulin Hountondji a affirmé que : " le système éducatif national qui n'a plus d'examen de filtrage entre les classes de première et de Terminale permet à tous les élèves parvenus à ce niveau de se présenter à l'examen du BAC, quels que soient leur niveau et les conditions de leur formation ." Le CNE pointe aussi du doigt le faible effectif des enseignants de qualité et la non-maîtrise des programmes scolaires.

 

Vincent Agué

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir