mardi, 03 mai 2016 10:53

Football : L'Unamab met en garde le Conor contre l'organisation du congrès électif de la Fbf

Écrit par
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

La crise que traverse le football béninois depuis plus d'un an maintenant n'est pas encore proche de la fin. Elle connaît même un nouveau rebondissement avec l'introduction d'un nouveau protagoniste. Alors que la Fédération internationale de football (Fifa) a autorisé le Comité de normalisation du football béninois à organiser le 4 mai 2016, 

La crise que traverse le football béninois depuis plus d'un an maintenant n'est pas encore proche de la fin. Elle connaît même un nouveau rebondissement avec l'introduction d'un nouveau protagoniste. Alors que la Fédération internationale de football (Fifa) a autorisé le Comité de normalisation du football béninois à organiser le 4 mai 2016, le congrès électif de la Fédération béninoise de football (Fbf), l'Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) met en garde le Conor contre cette initiative. Le syndicat des magistrats a réagi à travers un communiqué publié sur la page Facebook de son Secrétaire général, Michel Adjaka.

L'Unamab estime que l'organisation dudit congrès ce mercredi constituerait une violation des décisions de justice. En effet, le Président par intérim du Tribunal de Première Instance de Première Classe de Porto-Novo, suivant ordonnance n°43/2016 du 1er avril 2016, avait ordonné au Comité de normalisation (Conor) de la Fbf de suspendre sans délai la tenue du Congrès électif du Bureau Exécutif de la Fédération Béninoise de Football initialement prévu pour se tenir les 03 et 04 avril 2016.

Le Conor s'était alors plié à cette décision en reportant le congrès. Mais il a par la suite saisi la Fifa qui lui a donné carte blanche pour organiser le congrès. Ce qu'il s'apprête visiblement à faire. Pour motiver sa décision, l'organisation faîtière des fédérations de football aurait évoqué les dispositions des articles 14 et 19 de ses statuts qui demandent aux associations membres de gérer leurs affaires de façon indépendante sans ingérence d'aucun tiers. C'est ce qui fait réagir les magistrats de l'Unamab dont le bureau exécutif s'insurge contre les agissements du Conor et de la Fifa :

"Le BE/UNAMAB, après avoir minutieusement examiné les faits, condamne avec fermeté les agissements du CONOR et rappelle à la FIFA que la justice, sans discrimination de pays, en ce qu'elle est une vertu et un rempart contre l'arbitraire, ne peut être soumise au bon vouloir d'une association sportive."

L'Unamab soutient que "lorsqu'une décision de justice est rendue, abstraction faite de la possibilité d'infirmation ou d'annulation par une instance supérieure, aucune autorité fut-elle internationale, sous peine de violation de la loi, ne peut en entraver l'exécution."

L'Unamab demande alors au Conor de se conformer à la décision du tribunal de Porto-Novo et invite le procureur de la République près le tribunal de "prêter main-forte à l'exécution de l'ordonnance bafouée jusqu'à ce qu'il en soit autrement décidé par l'exercice des voies de recours". L'Unamab invite également le gouvernement à se démarquer des actes du Conor.

Ni le Comité de normalisation, ni le gouvernement n'a encore réagi au communiqué de l'Unamab. Mais quel que soit le choix que va opérer le Conor, on peut imaginer qu'on se dirige vers un nouveau bras de fer. Ce sera sans doute le premier sujet d'envergure sur lequel le nouveau et jeune ministre des Sports Oswald Omeky va devoir plancher.

Lire aussi  : Football béninois : une crise dans la crise ?

Maurice Thantan

Lu 9333 fois
0
0
0
s2smodern