mardi, 12 juillet 2016 12:42

Un mois après le congrès de la Fbf, mandats d'arrêt contre Moucharafou Anjorin et consorts

Écrit par

La crise à la fédération béninoise de football (Fbf) reprend de plus belle. Le président élu de la Fbf lors du très controversé congrès électif du 10 juin 2016 est visé par un mandat d'arrêt émis par le juge d'instruction du troisième cabinet du tribunal de première instance de Porto-Novo

La crise à la fédération béninoise de football (Fbf) reprend de plus belle. Le président élu de la Fbf lors du très controversé congrès électif du 10 juin 2016 est visé par un mandat d'arrêt émis par le juge d'instruction du troisième cabinet du tribunal de première instance de Porto-Novo.

Moucharafou Anjorin n'est pas le seul cherché par le magistrat. Les membres de sa fédération élue, ceux du Comité de normalisation, organisateur du congrès sont également cherchés.

Les deux délégués de la Confédération africaine de football et de la Fifa, Sidy Diallo et Constant Omary, sont également visés par des mandats d'arrêt internationaux.

Par ces mandats, les tous les agents de la force publique sont appelés à arrêter puis conduire à la prison civile de Porto-Novo, les personnes visées.

Rébellion à décision de justice

Ce que reproche la justice à Anjorin et consorts, c'est l'"opposition à l'exécution de décision de justice, et complicité d'usage de faux en écriture privée et authentique".

La décision de justice en question, c'est cette deuxième ordonnance de suspension du congrès électif de la Fbf prononcée par la justice le 9 juin dernier. Elle avait été bravée, le congrès s'étant tenu sans obstacle à Cotonou.

Avant les mandats d'arrêt, le juge d'instruction, Issoudine Ibrahim, avait convoqué pour le 7 juillet les mis en cause. Ils avaient tous brillé par leur absence au tribunal où le juge n'avait eu en face que leurs avocats. Selon le quotidien de service public, La Nation, le juge auteur de la convocation n'avait pas admis les avocats à répondre en lieu et place de leurs clients.

Cet énième rebondissement dans la crise du football béninois relance un feuilleton qui n'est visiblement pas près de se terminer. Le congrès du 10 juin avait ouvert la voie à la levée de la suspension du Bénin par la Fifa et permis le match des Ecureuils avec la Guinée Equatoriale dans le cadre de la 5ème journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations Gabon 2017. Le président de la République avait entamé une médiation entre les différents protagonistes afin de mettre sur pied une fédération consensuelle de transition. La justice vient de remettre tout cela à plus tard.

 

Vincent Agué (@afoukin)

Lu 2628 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.