Les violences post-électorales qui ont secoué les villes de Tchaourou et de Savè auraient impliqué des chasseurs traditionnels. Ces derniers auraient, munis de leurs fusils et gris-gris, affronté policiers et militaires suscitant des interrogations sur l’intrusion de ces acteurs de la sécurité des anciens royaumes africains dans les conflits politiques.