La revue de presse sur Radio Bénin

   la revue de presse  
 

Revue de presse du 18 septembre 2018

Jose Gnimadi

Tractations politiques au sein de l’opposition, la réconciliation entre Yayi et Azannai est en marche.
C’est Fraternité qui nous l’information et écrit que les malentendus entre l’ancien Président Boni Yayi et l’ancien ministre Candide Azannai seront bientôt conjugués au passé.
Un comité travaille depuis quelques temps pour la réconciliation des deux personnalités.
L’auteur de l’article signale que ledit comité a tenu hier un point de presse à l’hôtel Azalai de Cotonou et a expliqué les avancées dans le cadre des pourparlers et a annoncé une rencontre prochaine entre Yayi et Azannai.
Palmarès dans la même optique annonce que le duel Yayi-Azannai est convié au duo.
Ce journal publie in extenso la déclaration de Presse du comité de médiation.
Pour Point Média, les prochains jours nous réservent d’alléchantes surprises.
A en croire ce quotidien, réconcilier « deux ennemis jurés » ne doit pas être une entreprise facile.
Le Rapprochement qui se profile entre les deux personnalités devrait s’expliquer par l’adage qui dit je cite « En politique, on ne dit jamais, jamais » fin de citation
Le Nouvel Observateur pour sa part se demande si se sera bientôt la paix des braves entre Yayi et Azannai.
D’après ce quotidien la chaude accolade entre le Président d’honneur du parti des vert cauris Thomas Boni Yayi et le Président du Parti Restaurer Espoir Candide Azannai est très attendue par des milliers de béninois soucieux de la réconciliation des deux personnalités.
L’auteur de l’article qui parle de cafouillage en vue dans le camp présidentiel mentionne que si ce mariage a lieu, il bouleversera la sphère politique du pays et changera la donne sur les pratiques politiques du Bénin.
Le Radar dans la même logique affiche en encadré, Législative 2019 FCBE- Restaurer, le vrai os dans la gorge de Talon
L’Afrique en marche de son côté trouve que c’est la mouvance qui pousse Azannai dans les bras se Yayi.
Ce Journal donne comme principale raison, les restrictions contenues dans le nouveau code électoral.
Sur un tout autre plan, Fraternité nous apprend que la Police et la Douane sont en guerre contre les rançonnements.
L’auteur de l’article fait remarquer que transparence et professionnalisme sont désormais les maîtres mots à la Police Républicaine et la Douane Béninoise.
Les Directeurs généraux de ces deux forces, depuis Sèmè-Kraké où ils s’étaient rendus hier ont lancé un appel de mise en demeure contre les mauvaises pratiques qui s’observent.
Ainsi, l’utilisation d’un personnel ne faisant pas partie des effectifs est interdite.
« Les Klébés » sont rigoureusement interdits sur toute l’étendue du territoire national.
Il poursuit en mentionnant que de même, les services de police ne doivent sous aucun prétexte percevoir de l’argent chez les usagers sans délivrer la quittance appropriée.
Pour les contraventions, les amendes doivent être directement payées au Trésor Public.
La Nation donne la même information et placarde à sa une, Actes de corruption aux postes de contrôle : Les mises en garde aux Policiers et douaniers.
Pour le quotidien de service public, la lutte contre la corruption dans les rangs des policiers et douaniers repose également sur les usagers de leurs services et les populations en général d’où l’appel des patrons des deux unités à la dénonciation en vue de les aider à démasquer leurs collaborateurs récalcitrants.
On termine par une bonne nouvelle.
Fraternité annonce que dans le cadre du Rapport 2018 du PNUD sur le Développement humain, le Bénin a fait un bond de 5 places devant le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
powered by social2s