La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 14 11 17

Issa Bah Séko

 

 

La commission budgétaire de l’Assemblée Nationale a amorcé depuis hier, la dernière ligne droite de l’étude du projet de budget général de l’Etat gestion 2018. La Nation rapporte que 4 ministres ont présenté ledit projet de budget hier à l’Assemblée Nationale. Romuald Wadagni, Abdoulaye Bio Tchané, Adidjatou Mathys et Salimane Karimou étaient face aux députés pour lever un coin de voile sur le contenu du projet de loi des finances 2018 qui s’équilibre en ressources et en charges à la somme de 1862,918 milliards de F CFA contre 2010,586F l’année passée. C’est un budget cohérent note la nation qui précise qu’à en croire le ministre des finances, qu’il n’y a pas de hausse d’impôt mais qu’il y aura des mesures visant l’amélioration du pouvoir d’achat et la promotion du secteur privé avec l’exonération de droits et taxes de douane et de la TVA sur les camions neufs importés. Pour sa part le quotidien le meilleur ajoute que lors des travaux hier à l’Assemblée Nationale, le ministre Wadagni a forcé l’admiration des députés.

De l’Assemblée Nationale on revient à Cotonou avec la nouvelle tribune qui rapporte la mise en demeure de Canal3. Le journal revient sur l’interdiction de l’émission ‘‘100’’% Bénin de SIKKA TV. Le journal précise que c’est à travers une décision prise vendredi dernier que la HAAC a mis en demeure Canal3 Bénin, d’avoir diffusé l’émission 100% Bénin sur la chaine canal3 et que cela viole les clauses du cahier de charge qui le lie à la HAAC.

Quittons la HAAC et ses organes de Presse pour aborder le dossier placement de 17 milliards à la BIBE. Et c’est le journal Fraternité qui nous apprend qu’il a rebondissement dans cette affaire. Et pour cause, le DG/ de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), son directeur Financier et comptable sont limogés et convoqués. De sources policières, Fraternité rapporte que le DG Dramane Diatéma a balayé du revers de la main toutes les accusations portées à son encontre dans ce dossier. Fraternité précise que le Directeur général de la police nationale, lui, est déterminé à élucider l’affaire. Et le journal promet suivre le dossier.

Terminons cette revue de presse avec un dossier que, nous a proposé Fraternité sur la flambée du prix de l’oignon (almança, ayoma…). Fraternité constate qu’on assiste de plus en plus à une envolée spéculative du prix de l’oignon sur le marché. Selon certaines sources du journal, cette cherté de l’oignon est due au fait que la plus grande partie de la production est importée de la sous-région, principalement du Burkina Faso et du Niger. Résultat : le transport de l’oignon coûte cher, pire, le coût élevé de l’escorte routière, les tracasseries douanières, les malversations des commerçants, la détérioration de l’oignon avec les difficultés rencontrées au cours de son transport sont autant de paramètres qui induisent des surcoûts, fait remarquer Fraternité. Le journal rappelle qu’à Malanville et Karimama la production de cette année est fortement déficitaire à cause des inondations mais aussi des attaques de parasites. Conséquences, Dantokpa est grippé, l’oignon hante les fêtes de fin d’année ; avec la triste réalité de 27000F CFA le sac de 50Kg contre 15000F CFA il y a quelques temps.

 

Issa Bah Séko