Une semaine après l’ouverture des débats sur le nouveau code électoral, le texte a été voté ce lundi 3 septembre par les députés à Porto-Novo. Les députés de l’opposition n’ont pu faire passer leurs amendements tous rejetés par le Bloc de la majorité parlementaire.

Publié dans Politique

La marche vers des élections apaisées et inclusives traverse une étape-test en République démocratique du Congo où l'ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba, trois ex-Premiers ministres, les héritiers politiques de Patrice Lumumba et la seule femme candidate protestent en justice contre leur exclusion. L'attention s'est tournée ce lundi vers la Cour constitutionnelle, dernier espoir des six candidats -sur 25- recalés vendredi par la commission électorale. Ils ont tous annoncé leur intention de saisir la Cour dans le délai légal de 48 heures. La Cour a dix jours pour se prononcer. La publication de la liste définitive des candidats est prévue le 19 septembre, à trois mois des élections annoncées le 23 décembre.

Verdict connu d'avance

L'opposition et des mouvements citoyens doutent autant de l'indépendance de la Cour que de celle de la commission électorale nationale indépendante (Céni). L'opposition a accusé la Céni d'obéir aux "injonctions" du pouvoir du président Joseph Kabila pour éliminer ses candidats. "Il n'y a pas d'inclusivité en dehors de la Constitution, en dehors des normes légales", a répondu le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, sur la télévision nationale RTNC. "Pourquoi Joseph Kabila serait-il le seul à respecter la loi?", a-t-il ajouté. Le président, qui ne pouvait pas se représenter, a finalement désigné un dauphin après deux reports des élections depuis la fin de ses mandats en décembre 2016. "Le verdict de la Cour constitutionnelle est connu d’avance", s'est insurgé sur Twitter le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

Lucha cite le nom du président de la cour, Benoît Lwamba, ancien conseiller du président Kabila, et du juge Norbert Nkulu, un des trois juges nommés il y a quelques semaines et qui passent pour des fidèles. A ce stade, pas question pour l'opposition d'un boycott de l'élection, qui ouvrirait une nouvelle phase d'incertitude dans le plus grand pays d'Afrique sub-saharienne. "Voyons-voir ce que la suite va nous réserver au niveau de la Cour constitutionnelle", a temporisé sur France 24 Jean-Pierre Bemba, l'un des favoris à la succession du président Kabila avec ses bastions à Kinshasa et dans l'ouest. "Pour autant que la Cour soit indépendante", a aussi prévenu M. Bemba, écarté en raison de sa condamnation pour subornation de témoins devant la Cour pénale internationale (CPI).

Lundi matin, une présence policière inhabituelle était visible dans l'enceinte de la Cour, a constaté une journaliste de l'AFP. Des partisans d'un "lumumbiste" historique se sont rassemblés devant la Cour pour soutenir Antoine Gizenga, 92 ans, vice-Premier ministre au temps du héros national Patrice Lumumba à l'indépendance en 1960 - et, plus récemment, ancien Premier ministre de M. Kabila (2006-2008). M. Gizenga défend le Parti lumumbiste unifié (Palu) face à un candidat dissident, Adolphe Muzito, lui aussi ancien Premier ministre. Tous les deux ont été disqualifiés par la commission électorale, le patriarche parce qu'il n'aurait pas signé lui-même les formulaires ("défaut de qualité du signataire"), et M. Muzito pour "conflit d'intérêt avec le Palu qui conteste sa candidature".

M. Muzito avait annoncé en mars la fin de l'alliance électorale avec la majorité pro-Kabila, avant de quitter le Palu. A cette époque, le patriarche Gizenga avait été salué par le président Kabila en personne lors d'une rencontre.

Congolais d'origine ou pas

Deux autres candidats ont été disqualifiés pour "défaut de nationalité (congolaise) d'origine": l'ancien Premier ministre d'ouverture Samy Badibanga (novembre 2016-avril 2017) et la seule femme candidate, une haute-fonctionnaire, Marie-Josée Ifoku Mputa.

La double nationalité est interdite en droit congolais. M. Badibanga, "congolais d'origine", "a déposé sa déclaration de recouvrement de la nationalité congolaise après sa renonciation à sa nationalité belge d'acquisition", selon un extrait du Journal officiel du 7 décembre 2016 reproduit par la Libre belgique. "Je suis congolaise d'origine par mon père et par mère", s'est défendue Mme Ifoku Mputa jointe par l'AFP. "Pendant un temps, j'ai acquis la nationalité canadienne. En 2011, j'y ai renoncé parce que je savais que j'allais entrer en politique. J'ai reçu un document de répudiation des autorités canadiennes. J'ai recouvré ma nationalité congolaise d'origine", plaide l'ex-vice-gouverneure de la province de la Tshuapa.

Le débat est encore juridique, mais le quotidien d'opposition le Potentiel accuse: "La Majorité présidentielle est totalement engagée à torpiller le processus électoral. Après s'être doté d'un dauphin, le régime en place veut s'assurer par tous les moyens, y compris les coups bas politiques et la tricherie, de gagner les prochaines élections".

 

AFP

Publié dans International

Certains aspects de l’actuel code électoral au Bénin méritent d’être touchés. C’est le vœu exprimé par certains acteurs de la classe politique et de la société civile. Pour obtenir le consensus autour de l’initiative, le Parlement a récemment initié un séminaire, qui a réuni toutes les composantes de la société. Le nouveau code à adopter comportera un certain nombre d’innovations proposées, lesquelles sont passées en revue dans ce numéro du dossier Lundi Politique. C’est une présentation de Rodrigue Vossanoudé.

La Commission électorale nationale autonome (CENA) veut mieux maîtriser les dépenses électorales du Bénin. Elle a convié à un atelier ouvert ce 19 juin à Cotonou, les différentes structures impliquées dans l’organisation des élections.

Publié dans Politique

Les Sierra-Léonais élisent mercredi leur nouveau président, un poste qui ne devrait pas échapper à l'un des deux partis qui dominent la vie politique depuis des décennies, à moins qu'un "troisième homme" ne vienne bousculer la donne.

Publié dans International
mercredi, 08 novembre 2017 18:09

Maxime da Cruz, nouveau recteur de l'UAC

Au terme du second tour des élections rectorales qui a eu lieu ce 8 novembre 2017, la liste "Nouvelle Vision" de Maxime da Cruz est arrivée en tête avec 65.50% des suffrages contre 34.50% pour "Myba Excellence". Il devient donc le prochain recteur de l'Université d'Abomey-Calavi (Uac).

Publié dans Société

Ce sont 34 partis et alliances de partis politiques qui sont candidats aux élections locales et communales du 28 juin 2015. Depuis hier jeudi 11 juin, les responsables de ces formations politiques connaissent leur position sur le bulletin de vote...

Publié dans Politique

Les caisses des entreprises publiques ne sont pas des sources de financement de la campagne électorale. Cette mise en garde est de l'Agent Judiciaire du Trésor (AJT), Sévérine Lawson. Elle a tenu une séance de travail avec les responsables des différentes sociétés et offices d'Etat. A la veille des prochaines élections, L'AJT a tenu à rappeler à ces fonctionnaires que les ponctions faites...

Publié dans Société
Page 1 sur 10