Certains aspects de l’actuel code électoral au Bénin méritent d’être touchés. C’est le vœu exprimé par certains acteurs de la classe politique et de la société civile. Pour obtenir le consensus autour de l’initiative, le Parlement a récemment initié un séminaire, qui a réuni toutes les composantes de la société. Le nouveau code à adopter comportera un certain nombre d’innovations proposées, lesquelles sont passées en revue dans ce numéro du dossier Lundi Politique. C’est une présentation de Rodrigue Vossanoudé.

La sixième mandature de la Cour constitutionnelle prend le contre-pied de la mandature précédente à propos du délai de la mission du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi). Installé le 8 mai 2018 pour le compte de l’année 2017, le Cos-Lépi présidé par le député Janvier Yahouédéou (photo) n’aura plus à travailler jusqu’en novembre. La fin de sa mission est fixée au 30 juin 2018 ; c’est ce qu’a décidé la Cour constitutionnelle ce 21 juin.

Publié dans Politique

La modification du code électoral est au centre d’un séminaire ouvert à Cotonou ce 14 juin 2018. Des acteurs politiques et de la société civile vont échanger sur des propositions d’amélioration de la loi électorale du Bénin.

Publié dans Politique

En 2019, les Béninois seront de nouveau appelés à voter pour élire les députés. En attendant, quel bilan peut-on dresser du code électoral en vigueur utilisé pour les trois derniers scrutins ? L'émission "90 minutes pour convaincre" du 3 juin 2018 sur Radio Bénin s'est intéressée au code électoral à travers ses forces, ses faiblesses et les réformes attendues pour l'améliorer. 

Le code électoral béninois, promulgué en 2013, a permis l’organisation de plusieurs scrutins. Aujourd’hui, l’heure est au bilan et aux perspectives. Acteurs politiques, experts et membres de la société civile estiment qu’une révision du Code ne serait pas superflue. Elle permettrait, selon eux, de le débarrasser de certaines insuffisances et de le rendre plus efficace.

L'atelier d'évaluation du code électoral après les trois scrutins organisé par la Commission électorale nationale autonome (Cena) s'est achevé ce 26 janvier 2018. Au terme des discussions, les innovations et les forces ont été saluées de même que des propositions ont été faites pour corriger les faiblesses relevées dans sa mise en oeuvre.

Publié dans Politique

L'atelier d’évaluation de la mise en oeuvre du code électoral initié par Commission électorale nationale autonome (Cena) s'est ouvert ce 25 janvier 2018 à Cotonou. Participent à cette rencontre, des représentants de la Cour constitutionnelle et de la Cour suprême, les coordonnateurs d'arrondissement et des experts. Ils échangent sur le thème  "évaluation du code électoral à l'issue des trois dernières consultations électorales".  

Publié dans Politique

Après avoir organisé trois élections, la Commission électorale nationale autonome (Cena) envisage la tenue d'un atelier pour évaluer l'application du code électoral. Il se tiendra les 25 et 26 janvier 2018 à Cotonou. 

Publié dans Politique

Ce 26 mai 2015, les responsables de l’Ong Droits de l’Homme, Paix et  Développement (Dhpd) ont rassemblé un certain nombre d’acteurs électoraux à Parakou pour faire le bilan de l’application du nouveau code électoral après l’élection législative du 26 avril.

Ce scrutin a été le premier test grandeur nature pour ce nouveau code promulgué en novembre 2013. Les initiateurs ont relevé pour leur part plusieurs insuffisances au sujet de la consultation et de son organisation. Pour eux, ces insuffisances sont dues avant tout à la non-maîtrise du texte par les citoyens. C’est pourquoi, en même temps qu’il constitue un bilan, l’atelier vise aussi à chercher les solutions pour parfaire les élections à venir et à mieux vulgariser le texte. Pour Landry Ganyé, secrétaire général de l’Ong Dhpd, la concertation ambitionne d’atteindre cinq objectifs :

  • faire l’état des lieux des dispositions juridiques et institutionnelles régissant les élections au Bénin ;

  • apprécier les principales innovations contenues dans le nouveau code électoral ;

  • amener les participants à tirer les leçons de l’application du code aux dernières législatives ;

  • discuter et proposer des solutions pour améliorer le code ;

  • identifier des attitudes citoyennes pour des élections transparentes, équitables et non-violentes.

A l’issue de la formation, les participants sont satisfaits et se sentent plus outillés. Ils se sont engagés à relayer leurs acquis dans leurs communautés respectives. Ils se constituent d’ailleurs des agents en mission et continueront de relever d’autres insuffisances au code électoral sur le terrain.

L’Ong Dhpd entend poursuivre sur cette bonne lancée. Les 27 et 28 mai, ses membres seront à Natitingou et à Bohicon pour le même exercice.

Publié dans Société
Page 1 sur 2