L’Ong Social Watch Bénin a fait signer, jeudi 5 décembre, par des partis politiques, une charte d’équité de genre.

Publié dans A la une

Alcrer et Social Watch Bénin, deux organisations de la société civile ont saisi la justice béninoise de huit dossiers de malversations financières. L'information a été annoncée lors d'une conférence de presse tenue ce 20 août 2019.

Publié dans Société

Le Wanep-Bénin, l'ONG Alcrer, la Coalition nationale pour la paix et Social Watch sont les quatre organisations réunies en consortium pour l'observation des élections locales du 28 juin 2015 dans le cadre du projet "Élections dans la paix" du Haut commissariat à la gouvernance concertée (HCGC). Au lendemain du scrutin, ces différentes organisations ont donné un point de presse ce mardi 30 juin pour faire le bilan de leurs différents constats sur le terrain. Il en ressort de manière globale que les élections se sont déroulé normalement.

"Dans l'ensemble, le défi du 28 juin a été relevé au regard des rapports faits par nos observateurs sur les dix heures qu'a duré le scrutin à travers les différentes phases", a conclu le consortium. S'il y a eu des dysfonctionnements, ils "ne sont pas de nature à remettre fondamentalement en cause la sincérité et la transparence du scrutin", a ajouté Landry Ganyé, le coordonnateur de la mission d'observation.

Pour en arriver à ces conclusions, le consortium a déployé 353 observateurs sur le terrain. Ils ont sillonné 2 753 postes de vote et visité 2 388 villages à travers 442 arrondissements sur toute l'étendue du territoire national.

Des irrégularités observées

Les observateurs ont recensé diverses irrégularités à différentes étapes du processus. Ils ont ainsi noté que certains bureaux de vote ont ouvert avec une heure de retard. Le cas des postes de vote 1 et 2 de l'arrondissement de Peporiyakou (Natitingou) qui ont ouvert à 13heures et 30 minutes a été particulièrement souligné. Le consortium a également relevé d'autres irrégularités concernant l'utilisation du matériel électoral, la sécurité dans les bureaux de vote, le dépouillement des bulletins de vote et la compilation des résultats. A certains endroits, le scrutin a été suspendu du fait de l'absence du logo de certains partis politiques sur le bulletin de vote.

Recommandations

A la suite de ces observations, le consortium a formulé des recommandations à l'endroit des acteurs du processus électoral notamment pour une meilleure organisation des élections présidentielles prévues pour le 28 février 2016. A la Cena (Commission nationale électorale autonome), il demande entre autres d'organiser dans un bref délai les élections locales pour les villages et quartiers de villes où le scrutin a été suspendu. Il est également demandé à la Cena de coordonner avec le CNT (Centre national de traitement), les corrections de la liste et la nouvelle distribution des cartes électorales restantes.

Aux partis politiques, le consortium demande de renforcer les capacités de leurs militants et délégués sur les comportements et les interdits en périodes électorales.

 

Maurice Thantan

Publié dans Société