La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 26 10 17

José Gnimadi

 

Aujourd’hui 26 Octobre, le quotidien de service public la Nation s’en souvient et nous rappelle qu’il y a 45 ans la révolution du 26 Octobre.

Dans un dossier intitulé devoir de mémoire, le Journal mentionne qu’il y’a 45 ans, un groupe d’officiers de l’armée dahoméenne prenait le pouvoir par les armes, mettant fin au conseil présidentiel, le triumvirat des présidents Maga, Ahomadégbé et Apithy. C’était parti pour une longue période révolutionnaire de dix-sept ans sous l’égide du Gouvernement militaire révolutionnaire (GMR) dirigé par le Chef de bataillon Mathieu Kérékou devenu plus tard Général.

A en croire l’auteur de l’article, Claude Urbain Plagbéto tout a démarré vers 14h 30 ce Jeudi 26 Octobre 1972. Des coups de feu se font entendre au niveau de la Station de Radiodiffusion et du palais de la République. Ces deux endroits stratégiques venaient d’être pris d’assaut par une troupe d’officiers de l’armée.

Les artères menant au palais où se trouvaient les présidents Justin Tomètin, Ahomadégbé et Hubert koutoukou Maga ainsi que les membres du gouvernement en conseil des ministres hebdomadaires sont interdites de circulation. Telle une traînée de poudre la rumeur se précise peu de temps après.

A 15 h, une voix grave et imposante celle du Chef de bataillon, le Commandant Mathieu Kérékou proclame à la radio nationale la déchéance du Conseil Présidentiel et son gouvernement divisé par leurs propres contradictions internes.

Claude Urbain Plagbèto rappelle le contexte de ce coup d’Etat et nous apprend qu’il est venu déloger ce que les militaires révolutionnaires appellent le « monstre à trois tête » installé suite à une période d’instabilité marquée par de nombreux coups de force, une dizaine au total qui ont donné au Dahomey devenu Bénin plus tard le malheureux surnom « d’enfant malade d’Afrique ».

Quittons le passé pour le présent, la Priorité annonce que la situation sociale précaire au Bénin préoccupe le clergé.

Le Journal publie in extenso le communiqué final de la première session ordinaire plénière de la conférence épiscopale du Bénin.

La Priorité ajoute que les assises se sont tenues du 22 au 25 Octobre 2017 à Porto-Novo. Les hommes d’Eglise après le tour d’horizon des questions relatives à la vie de l’Eglise en général n’ont pas manqué d’opiner sur les faits relatifs à l’actualité nationale.

De leurs constats, ils relèvent la situation précaire du peuple, et les mouvements sociaux qui compriment l’espoir de la grande masse.

Pour eux, ces situations ne sont pas de nature à garantir la cohésion sociale gage de tout développement.

La Nation sur le même sujet écrit que les évêques prônent une sortie rapide de crise au sujet des grèves dans le secteur de la santé.

Sur un tout autre plan, Fraternité nous apprend que les Grossistes de Dantokpa iront tous à Adjagbo. Dantokpa sera renové pour les détaillants. Ce sont des clarifications d’Adam Pinto, Directeur Adjoint de Cabinet du Ministre du cadre de vie lors d’une interview qu’il a accordé à mon confrère Adrien Tchomakou.

Pour lui, il n’est pas dans l’intention du Gouvernement de délocaliser le Marché Dantokpa. Mais il s’agit plutôt de transférer progressivement les grossistes vers le marché de gros à Calavi dont l’étude de faisabilité démarre début novembre prochain.

On termine cette revue par une très bonne nouvelle, le Radar annonce que le Bénin est le 9ème pays plus riche d’Afrique Subsaharienne francophone.

 

José Gnimadi