La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 03 11 17

Issa Bah Séko

 

 

« Le Bénin à l’ère de la rupture marque des points et de gros points » c’est le quotidien Fraternité qui le dit ; et ce à cause des félicitations et des mérites reçus ça et là dans le cadre des réformes engagées sous la rupture. Cette fois-ci, écrit Fraternité, c’est l’observatoire des pratiques anormales de l’UEMOA qui à l’occasion de sa dernière rencontre annuelle à Ouagadougou, a dressé des lauriers au bénin et à son président Patrice TALON. Le Bénin a été cité en exemple pour le respect des règles établies au sein de L’UEMOA. Le quotidien Le Meilleur confirme que le Bénin est reconnu meilleur élève par L’UEMOA pour la bonne gouvernance dans la gestion du transport routier. Le Bénin a fait preuve d’une bonne lutte contre les tracasseries routières renchérit l’autre vision qui voit ainsi les mesures du président TALON faire école dans la sous-région. L’Autre Vision invite les autres états à suivre l’exemple du Bénin.

On quitte les routes pour les champs avec La Nation qui nous parle d’un recensement national agricole en vue. C’est dans le cadre de la mise en place du système permanent des statistiques agricoles au Bénin qui se concertent autour prochain recensement national agricole. Ils vont dresser une série d’opération à réaliser suivant une périodicité donnée et un tableau de besoins de données à collecter. La Nouvelle Tribune aborde le sujet et ajoute que ce sera pour un consensus autour de la méthodologie participative et inclusive dans la collecte des données agricoles au bénin.

Allons maintenant à la caisse nationale de sécurité sociale où l’on a découvert de faux placements. L’Autre Vision précise que c’était sous le régime du changement et de la refondation. Plus de 10 milliards de la caisse frauduleusement placés dans une banque. Le journal dénonce une gestion calamiteuse de la CNSS révélée au grand jour. C’est la commission bancaire de l’Union Monétaire Ouest Africaine qui fait le constat précise l’autre vision. C’est un scandale, fait observer le quotidien l’Actualité qui parle aussi de mauvaise gestion orchestrée dans cette structure d’état sous le régime défunt. Le quotidien l’actualité fait remarquer que la CNSS n’a pas un système informatique fiable et que c’est grâce à la gestion du nouveau conseil d’administration que le pot aux roses a été découvert. L’Actualité conclut que l’étau se réserve contre certaines cadres qui ont géré cette structure pendant la période citée.

D’un scandale à un autre, et c’est le quotidien Kini Kini qui nous emmène dans une affaire de fausses quittances d’impôt à la SONEB (Société Nationale des Eaux du Bénin). Le journal écrit que le DG et plusieurs cadres de la SONEB sont gardés à vue à la brigade économique et financière. Ils seront présentés au procureur ce jour. Kini Kini parle de 329 millions au cœur du scandale. Le quotidien la presse du jour pour sa part écrit que le DG et son directeur administratif et financiers sont déjà présentés au procureur depuis hier. La presse du jour croit savoir que c’est une affaire de reversement de TVA et qu’il s’est révélé que 280 millions de nos francs sont sortis des caisses de la SONEB. Le dossier est très sérieux, car les impôts n’auraient jamais reçu le moindre versement de ces TVA. Le potentiel en parle et confirme 280 million de TVA décaissés et non versés aux impôts. Et fraternité rappelle que le DG David Babalola a été nommé en 2012 par Boni YAYI. Il a résisté à toutes les tempêtes au sein de sa structure, mais qu’après 18 mois de gouvernance sous TALON, David Babalola vient d’être rattrapé avec ses complices par une affaire de malversation financière. David Babalola est désormais gardé à vue, lui et son DAF et la fiscaliste de la SONEB sont accusés de faux et usage de faux ; ajoute pour sa part le progrès qui rappelle que plusieurs fois déjà, les syndicalistes de la SONEB avaient tiré la sonnette d’alarme, sans résultat.

 

Issa Bah Seko