La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 11 12 17

José Gnimadi

 

L’affaire de faux médicaments au domicile du député Atao à Cotonou est au cœur des préoccupations des parutions de ce jour.

L’Evènement Précis donne le ton et met en manchette, Perquisitions par la police de deux immeubles suite à des dénonciations : 50 tonnes de faux médicaments saisis au domicile du député Atao Hinnouho.

Pour ce journal, la perquisition manquée au domicile du député Atao, le jeudi 07 décembre dernier, a pu avoir lieu à deux reprises, les vendredi 08 et Samedi 09 décembre 2017. Une fois au domicile du député, le vendredi, la police a défoncé les portails d’entrée de la maison du fait que les occupants, le député et sa famille étaient introuvables sur les lieux. La première opération fait état d’au moins trois camions de 10 roues entièrement remplis de cartons de supposé sérum glucosé et de médicaments divers. L’auteur de l’article ajoute que la Police est retournée dans la même rue, le samedi 09 décembre dans l’après –midi, pour perquisitionner un autre immeuble appartenant au même député Atao Hinnouho. L’opération qui a pris fin au petit matin du Dimanche, a permis de récupérer 5 camions 10 roues, entièrement remplis de cartons de sérum soit au total, 8 camions de 10 roues remplis de faux médicaments.

La Nation donne la même information mais parle de tonnes de produits saisis sans préciser la quantité exacte. Le Potentiel dans un jeu de mots écrit qu’Atao est un gros poisson pêché dans un océan de faux médicaments.

Pour le Progrès, ça se complique pour le député Atao Hinnouho. La Priorité pour sa part se demande si Atao est en route pour la prison. Pour ce Journal, le député aurait dû se taire, faire profil bas, et disparaître qu’aujourd’hui, il ne serait nullement inquiété. L’actualité écrit que face à cette situation qui entache l’honorabilité du député, Atao est invité a donné des explications au peuple béninois. Le Meilleur réalise un dossier sur l’affaire et nous apprend que les faux médicaments constituent des armes de destruction massive. La Nouvelle tribune donne la parole à l’un des avocats du député en l’occurrence Maître Bocovo qui affirme qu’on à tendance à faire de tout un flagrant délit.

D’une affaire à une autre, le Progrès nous apprend qu’un vaste réseau spécialisé en faux et usage de faux sur des contrats administratifs a été démantelé par une équipe dédiée à l’assainissement de la base de données du SUNKWE (logiciel de traitement et de gestion des salaires des agents de l’Etat). Imitations des signatures des autorités, attribution de numéro matricule fictif, mention de corps professionnel fictif, désignation de poste de travail fictif, ce sont autant de manœuvres orchestrée par ce vaste réseau de faux recruteurs dans l’administration public. L’auteur de l’article mentionne que les travaux de l’équipe ont permis de constater qu’une série de numéros matricules existant au niveau du Sunkwè ne se retrouvent pas au niveau du Fichier Unique de Référence des Agents de l’Etat. Sept des personnes bénéficiaires des contrats et l’auteur de la falsification desdits contrats ont été interpellés.

Présentés au Procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou, une partie des mis en cause a été mise sous mandat de dépôt et l’autre sous convocation en attendant le procès en flagrant délit.

On termine par la Nation qui nous informe que la Directrice du FMI Christine Lagarde est en visite de travail de trois jours au Bénin.

 

José Gnimadi