La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 05 01 18

Issa bah Séko

 

Les membres de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB) ont décidé d’observer une grève de cinq jours, à compter du lundi prochain. La Nation en parle et précise que cette grève sera tacitement reconductible du lundi au vendredi, et ce jusqu’au retrait de la disposition qui leur retire le droit de grève dans la nouvelle loi portant statut de la magistrature. Ce sera donc une paralysie au niveau des tribunaux et cours dès lundi, déduit la Nation. Le journal Nord Sud quotidien y voit un durcissement ; le Canard tourne son regard vers la cour constitutionnelle où le journal n’espère rien à moins d’un revirement jurisprudentiel pour déclarer ses lois conformes à la constitution.

Parlons à présent des projets prioritaires du PAG. Et c’est le journal la priorité qui voit une lourdeur administrative et estime que c’est la véritable épine qui freine les grandes réalisations. La priorité croit savoir que les prestations de marchés bloquent les projets prioritaires qui auraient dû être lancés depuis. Le Potentiel semble être du même avis puisqu’il écrit que l’administration rame à contre-courant et bloque le PAG. Pour le Potentiel, les grands projets inscrits dans le programme d’action du gouvernement piétinent, et cela est dû à un mal congénital propre à l’administration béninoise ; la lenteur administrative qui est un poison conclut le canard. Mais le journal le Soleil Bénin Info reste optimiste pour l’avenir et croit savoir d’ailleurs qu’il y a tout de même une grande avancée dans la mise en œuvre du PAG.

Restons dans l’administration publique mais cette fois-ci dans le domaine de la sécurité. Et c’est Fraternité qui rapporte que l’inspecteur général de brigade, Nazaire Hounnonkpè est nommé Directeur général de la Police Républicaine. C’est l’homme fort de la police Républicaine s’exclame Fraternité qui a donné le parcours atypique de ce Général et aussi dressé le bilan sécuritaire du Directeur général de la police Nationale Idrissou Moukaila. Le même journal a donné une mention spéciale pour le Directeur général de la gendarmerie nationale, le colonel Marcel Adjaho. La priorité ne clarifie que la nomination de Nazaire Hounonkpè fait suite à la mise en œuvre de la réforme du président Talon qui institue la police républicaine, issue de la fusion entre la police et la gendarmerie nationale.
Rendons-nous dans nos écoles avec le quotidien Kini kini qui rapporte que l’usage du téléphone portable est interdit à l’école. Donc, plus de téléphone portable aux heures de cours dans les établissements secondaire, technique et de formation professionnelle. Le canard rapporte qu’à l’origine de cette décision il y a eu un constat amer. Le potentiel va plus loin en écrivant que mêmes les enseignants ont leur part de responsabilité. Il leur est recommandé de respecter les normes vestimentaires prescrites en matière de morale professionnelle et de législation scolaire. Le journal nord sud quotidien se veut plus clair, en écrivant pour sa part que l’usage du portable est également interdit aux enseignants aux heures de cours.

Un tour dans les garnisons pour constater avec la priorité que dans l’armée béninoise, une note de service appelle au respect de la coupe de cheveux et du port de la barbe. La priorité rapporte que depuis quelques temps, des comportements peu recommandables sont observés chez certains militaires, et ce, en violation des textes de lois de cette corporation. Il s’agit des coupes de cheveux et de barbes qui laissent à désirer. Et c’est pour mettre fin à cet état de choses que le chef d’état major général de l’armée de terre a tapé du point sur la table à travers un communiqué signé en décembre dernier. Le journal a publié l’intégralité de ce communiqué à sa page 2 et titre discipline militaire dans l’armée ; le CEMAT met fin à la récréation.

Terminons cette revue de presse avec un carnet noir. Karimou Rafiatou, une icône de la politique béninoise s’en est allée hier. Les publications du jour ont salué la mémoire de cette femme, première chef de district. C’est une grande figure de la vie politique nationale que le Bénin vient de perdre. Que la terre lui soit légère !

Issa Bah Séko