La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 31 01 18

Issa Bah séko

 

Négociations gouvernement/Syndicats, les 7 confédérations étaient présentes hier à la rencontre présidée par le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané accompagné de 8 ministres du gouvernement ; rapporte la Nation. Le journal le soleil Bénin info estime qu’au regard de l’ouverture d’esprit dont les uns et les autres ont fait, montre lors de cette séance de travail, on peut affirmer sans risque de se tromper qu’on s’achemine vers un dégel de la crise. De toutes les façons Kini Kini croit savoir que le gouvernement est pour un climat social apaisé. Seulement, la presse du jour parle d’un dialogue de sourds entre gouvernement et syndicats et ajoute que la séance a été reportée au 2 février prochain. Et pour cause un seul point sur 8 a été débattu précise Matin libre. Et sur ce report de la rencontre, l’Investigateur du jour estime qu’il vaut mieux tard que jamais.

L’autre information relayée dans les parutions reste la levée de la motion de grève des magistrats. Le potentiel confirme cette nouvelle qui est tombée hier après l’assemblée générale extraordinaire de l’UNAMAB. Mais le journal précise que Michel Adjaka et les siens se réservent le droit de déclencher un mouvement de grève en cas de défalcation sur salaire ou de poursuites disciplinaires de la part de Joseph Djogbénou. Le quotidien Fraternité voit pour sa part que l’UNAMAB a montré la bonne voie aux centrales syndicales dans la décrispation de la situation sociale.

Retour sur la démission du conseiller simplice Dato avec quelques publications qui abordent le sujet, notamment quant à la désignation de son remplaçant. Matin libre se demande si le président Patrice Talon va nommer ce jour son successeur. L’article 12 de la cour constitutionnelle dispose que la nomination d’un membre démissionnaire de la cour intervient au plus tard dans le même mois. La nation en parle et écrit que les regards sont tournés ce jour vers le chef de l’Etat. L’autre quotidien fait remarquer une grosse polémique en vue sur le délai et invite à l’attente.

Une réflexion d’un compatriote sur la non-exécution des décisions de la cour constitutionnelle, occupe la page 2 du quotidien La nouvelle tribune. Alain Houha auteur de cette réflexion estime qu’il faut trouver un moyen constitutionnel juridiquement contraignant pour s’assurer de l’exécution des décisions après avoir développé sa pensée sur le sujet, Alain Sèdjro Houha conclut qu’une telle disposition permettrait à la cour d’être un vrai arbitre, totalement neutre, n’appliquant que la constitution et évitant des revirements jurisprudentiels entachant parfois sa crédibilité.

Transparence dans les dépenses publiques, le président Patrice Talon rend publique le salaire des directeurs de cabinet, des secrétaires généraux des ministres et leurs adjoints. Le quotidien le progrès a publié à sa page 3 le décret et les rémunérations uniques mensuelles de ces cadres. Le montant est de 2 millions 3 cent milles par mois pour les DC, et 2 millions 2 cent milles pour les SGM et les DAC sont à 1 millions 8 cent milles contre 1 millions 7 cent milles pour SG adjoints.

Un tour dans la commune de Matéri où la Nation rapporte que les jeunes de cette commune sont en proie à l’alcool. Cette commune est au bord du gouffre, constate mon confrère Kokouvi Eklou qui a réalisé un dossier qui plonge dans l’addiction des jeunes à l’alcool. La situation est préoccupante écrit-il. Le nombre pléthorique de lieux de vente de boisson alcoolisée et le manque de contrôle justifie l’abus de ces produits par beaucoup de jeunes, qui finissent dans les hôpitaux. « L’alcool tue plus que les médicaments frelatés dans notre commune », s’indigne le maire Sorikoua Sambiéni ; c’est malheureux, écrit mon confrère qui conclut que le drame étale ses tentacules et invalide ceux qui sont appelés à produire de la richesse dans cette commune.

Issa Bah Séko