0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

La revue de presse sur Radio Bénin

     
 

Revue de presse du 10 avril 2018

Issa Bah Séko

 

Bonne nouvelle pour l’école et l’administration publiques béninoises ! s’exclame la Nation qui rapporte le dégel partiel de la fronde sociale. Trois centrales et confédérations syndicales ont rendu publique, hier une déclaration commune de suspension de grève. Il s’agit de la CSA Bénin, de la CGTB et de la CSUB qui ont demandé à leurs syndiqués à tourner dos à la grève ajoute la Nation. L’autre vision rapporte la même information et précise que les travailleurs de ces centrales et confédérations sont invités à reprendre le chemin de leur service. Le potentiel se veut plus précis en écrivant que c’est dès aujourd’hui que le travail reprend. Pour Fraternité, ces centrales syndicales montrent ansi la voie de la paix. En revanche, la nouvelle tribune compte et trouve 3 centrales syndicales à continuer la lutte pour une grève et cite la CSTB. La Cosi Bénin et l’UNSTB qui continuent de maintenir leur motion de grève. Ces trois dernières centrales et confédérations syndicales ne démordent pas affirme la Nation. Mais pour Fraternité, on tend progressivement vers le dégel total de la fronde sociale.

Retour sur l’ouverture officielle de la session parlementaire de l’Assemblée Nationale. Le potentiel a vu 77 députés répondre présents à l’appel de Adrien HOUNGBEDJI. Le canard est revenu sur les temps forts de cette cérémonie pour finir avec l’inauguration du bâtiment flambant neuf R+2 qui va accueillir les présidents des commissions permanentes, des groupes parlementaires et tenir des réunions différentes de l’Assemblée Nationale. La Nation a retenu pour sa part que ce sont les réformes électorales à opérer en vue d’une élection législative pacifique en 2019 qui constituent les grands dossiers de cette session. Fraternité rapporte que le président Adrien Houngbédji invite ses collègues à la sagesse et a également souhaité la représentation des femmes au parlement. A sa page 3 Fraternité a publié les impressions de plusieurs députés à la fin de la cérémonie.

De porto novo, rendons nous directement sans escale au nord du Bénin et plus précisément à Malanville où 17 conseillers sur 25 sont aux trousses de leur maire, la nation voit une menace de destitution qui plane depuis quelques jours sur la tête de Inoussa Dandakoi, maire de Malanville. Il n’est plus en odeur de sainteté avec les 17 conseillers qui réclament sa tête. Le feu couve sous la cendre à la mairie de Malanville signale la Priorité qui voit le maire Inoussa Dandakoi sur la sellette. Le canard évoque les raisons : mauvaise et solitaire de gestion des affaires de la commune, non reddition des comptes et autres. La priorité a publié à sa page 2 l’intégralité de la demande de convocation d’une session de vote de défiance en date d’hier Lundi. Fraternité en parle et écrit que le maire de Malanville est sur une chaise éjectable. Il est visé par une procédure de destitution, ajoute le journal de métontin. Le Béninois libéré confirme l’information et rappelle que le maire de Malanville avait réussi à échapper à plusieurs tentatives qui ont visé sa destitution. Le béninois libéré espère l’arbitrage du préfet Moussa Mohamadou, mais le canard précise que cette fois-ci les conseillers communaux frondeurs restent déterminés à aller au bout de leur démarche. La priorité se désole du phénomène de destitution qui refait son retour dans l’arène politique des maires. En tout cas La nation conclut que la prochaine étape du processus conduira les protagonistes devant le préfet de l’Alibori qui va tenter une médiation.

 

Issa Bah Séko