Il a pratiquement disparu dans les pays où l'hygiène est strictement respectée. Mais dans certaines parties du monde, notamment les continents africain et asiatique, le tétanos est encore d'actualité. Il y reste un problème de santé publique. Au Bénin, les hôpitaux continuent d'enregistrer des cas de tétanos. A Cotonou, l'Hôpital de la Mère et de l'Enfant Lagune (HOMEL) en a connu deux et l'hôpital Saint Luc en comptait un ces dernières semaines. C'est dire que la maladie communément imputée aux blessures par des métaux rouillés ou non n'est pas encore totalement enrayée.

Symptômes : les contractions de muscles

Que ce soit chez l'enfant, ou l'adulte, le tétanos se manifeste par des contractions musculaires comme l'explique Didito Quénum, médecin généraliste :

"De façon physiologique, un tétanos, ce sont des contractions musculaires qui se font sans relâchement. Les personnes qui ont le tétanos (...) sont tout raides, tout contractées, tout dures jusqu'à avoir une paralysie des muscles. Les muscles respiratoires doivent normalement se contracter, se relâcher. Quand il arrive que ces muscles restent contractés, les mouvements respiratoires s'arrêtent (...)".

A l'origine, le patient de tétanos a dû mal traiter une plaie contaminée par une bactérie appelée Clostridium tetani. C'est cette bactérie qui secrète la toxine responsable du tétanos.

Maladie fréquente chez la mère et le nouveau-né

Selon Daniel Noé Akondé, médecin pédiatre, la mère et le nouveau-né sont les plus exposés au tétanos. On parle dans ce cas de tétanos néo-natal.

"On est contaminé par ce gène [le gène du tétanos, Ndlr], lorqu'on ne fait pas des soins hygiéniques à la maman lors de l'accouchement et généralement pour le nouveau-né, lorsqu'on ne fait pas correctement les soins du cordon (ombilical) à la naissance. Ce n'est pas la seule situation, mais c'est la situation la plus fréquente".

La prévention, meilleur moyen d'éviter le tétanos

Un vaccin antitétanique existe pour se prémunir de la pathologie. Grâce à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ce vaccin est "presque gratuit" au Bénin, explique Daniel Noé Akondé. Le pédiatre recommande alors aux femmes enceintes de se faire injecter le vaccin anti-tétanique lors des consultations pré-natales pour se protéger et protéger leur bébé.

Mais une grande responsabilité revient aussi aux soignants, reconnaît Didito Quénum. Pour éviter ce qu'il qualifie de "tétanos hospitalier", le médecin généraliste pense que les agents de santé devraient veiller à bien stériliser les instruments médicaux utilisés pour faire toutes sortes d'incision sur la peau des malades. Quant aux populations, elles devraient bien soigner blessures, écorchures en évitant de les exposer aux souillures par de la terre ou des selles d'animaux, conseille Docteur Didito Quénum.

 

Vincent Agué

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

INFOS

  • Société
  • Politique
  • Economie
  • Sport
  • Culture
  • Santé
  • Environnement
  • Tech