Un an après la deuxième épidémie de la maladie, la fièvre hémorragique à virus Lassa réapparaît dans le Nord du Bénin. Le ministre de la Santé a confirmé la nouvelle, mardi 28 février 2017, à Cotonou. Deux personnes sont déjà décédées à Tanguiéta et à Papané (commune de Tchaourou).

Selon le ministre Alassane Séïdou, le premier cas suspect remonte au 12 février dernier. Il sera confirmé après le décès de la personne, une femme enceinte originaire du Togo admise à l’Hôpital Saint Martin de Papané. Le second cas non confirmé a été enregistré à l’Hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta.

Mesures urgentes

Le ministre de la Santé a expliqué les mesures déjà prises. Une soixantaine de personnes ayant eu des contacts avec les deux personnes décédées sont enregistrées et suivies. Et une unité d’isolement a été mise en place à l’Hôpital Saint Martin. Des stocks du médicament “Ribavirine”, efficace contre la maladie ont été prépositionnés dans les deux hôpitaux dont les agents ont également été formés à l’utilisation du matériel de protection et au protocole de traitement de la maladie.

Pour prévenir la fièvre Lassa

Le ministre de la Santé a insisté sur les mesures de prévention de la fièvre hémorragique à virus Lassa.

  • éviter la manipulation et la consommation des animaux de brousse comme le rat, identifié comme principal porteur du virus Lassa.
  • observer les règles d'hygiène et d'assainissement ;
  • se laver les mains régulièrement à l'eau et savon ;
  • éviter la consommation des aliments souillés par les selles, urines et autres sécrétions des animaux contaminés ;
  • éviter tout contact avec les liquides biologiques et les objets contaminés d'une personnes suspecte, malade ou décédée de la maladie.

La dernière épidémie de janvier-février 2016 avait fait une trentaine de morts sur 54 cas confirmés ou suspects. Le ministre de la Santé invite les Béninois à la sérénité. Il ne faut “pas céder à la panique ni croire aux rumeurs qui, dans de telles circonstances, ne manquent pas d’alimenter les débats et autres stigmatisations”, a souhaité Alassane Séïdou.

 

Vincent Agué

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

INFOS

  • Société
  • Politique
  • Economie
  • Sport
  • Culture
  • Santé
  • Environnement
  • Tech
  • International